Partager

Comme l’année dernière, le président national du Mrc n’a pas dérogé à son habitude. Bien qu’il soit aux États-unis d’Amérique actuellement, il a saisi l’occasion de la célébration de la 54e édition de la fête de la jeunesse pour s’adresser aux jeunes camerounais. Dans son discours, il a d’abord passé au peigne-fin la situation économique et politique désastreuse du Cameroun. “Nous voyons tous au quotidien les mauvaises performances économiques du régime en place. Alors que la jeunesse camerounaise ne demande qu’à travailler, meurtrie et frustrée qu’elle est, sous l’effet du chômage et de la pauvreté,le gouvernement a décrété, il y a quelques mois, les régions de l’Extrême-nord, du Nord-ouest et du Sud-ouest, (régions économiquement sinistrées”, a-t-il relevé. Et d’ajouter ” pour la première fois depuis 10 ans, le budget de cette année sera inférieure de celui de l’année dernière d’environ 260 milliards. Notre pays comme nous le constatons, est en train de s’effondrer économiquement au moment même où le pays a grand besoin de créer la richesse et l’emploi pour sa jeunesse”.

la RTS, la radio des majors. Notre radio partenaire, fête ses 20 ans de service public

Sur le plan politique, le candidat arrivé 2e lors des élections présidentielles d’octobre 2018, a tenu à féliciter tous ceux qui ont respecté le mot d’ordre de boycott des élections municipales et législatives qui se sont tenues le 09 février dernier et se sont abstenus à apporter leur caution à la forfaiture du régime de “monsieur Biya”. De quoi réaffirmer les raisons du boycott et donner quelques statistiques du boycott. “De façon massive les camerounais ont par leur boycott dit non à la forfaiture du régime. Les chiffres en notre possession font état d’un taux de participation d’environ 23%, soit 77% de taux d’abstention. Outre les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest où il n’y a simplement pas eu de vote, dans une ville comme Ebolowa, dans la région du Sud, le taux de participation est d’environ 15% soit une abstention de 85%”, s’est-il réjouit.

À ce titre, Maurice Kamto a également lancé un appel à la jeunesse, pour continuer le combat. “Le changement pour lequel nous militons est pour la jeunesse. J’ajoute que ce changement se fera avec la jeunesse et par la jeunesse. C’est l’occasion pour moi de lancer un appel aux jeunes camerounais qui hésitent encore à rejoindre le projet de la renaissance nationale. C’est un projet qui va au-delà du Mrc. C’est un projet qui concerne toute la jeunesse camerounaise”, a-t-il martelé.


Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici