Democratic Republic of Congo's Felix Tshisekedi swears into office during an inauguration ceremony as the new president of the Democratic Republic of Congo at the Palais de la Nation in Kinshasa, Democratic Republic of Congo January 24, 2019. REUTERS/ Olivia Acland
Partager
  • 6
    Partages

Une cérémonie historique et émouvante couronnée par les ambrassades de Félix Tshisékédi et Joseph Kabila dans le strict respect des institutions. Jamais les Congolais n’avaient vécu une telle scène de passation de pouvoir après un processus électoral. Jamais la Rdc, en proie aux guerres et aux bouleversements à la tête de l’Etat par les coups de force, n’espérait vivre une passation de pouvoir civilisée.

la RTS, la radio des majors. Notre radio partenaire, fête ses 20 ans de service public

Joseph Kabila, par ce départ par la grande porte, entre dans l’histoire comme le tout premier Président à quitter le fauteuil présidentiel tête haute. Félix Tshisékédi, après avoir prêté serment, a promis lors de son tout premier message, a promis  la construction “d’un  Congo pour tous, sans tribalisme, sans, sans discrimination, sans exclusion “. Il a invité la foule et les invités de se lever pour une minute de silence aux héros et architectes de la souveraineté : Joseph Kasavugu, Patrice Emery Lumumba, Laurent Kabila. Et un hommage particulier a été rendu à son père Étienne Tshisékédi décédé.

Par ailleurs,  a salué les candidats malheureux à la présidence, particulièrement Martin Fayulu. Le président élu a vivement félicité son prédécesseur le Président Joseph Kabila qui a ” engagé le pays dans la réunification et une alternance démocratique “.

Né le 04 juillet 1971 au pouvoir depuis le 17 Janvier 2001 à la suite de l’assassinat de son père Laurent Désiré Kabila.
Depuis l’accession de ce Pays à l’Indépendance dans les années 1960 jusqu’à hier, le Congo n’a jamais connu la transmission pacifique du pouvoir.
Joseph Désiré Mobutu SéSé Séko Kuku Wazanbanga a renversé son homonyme Joseph Kasavudu après 5 ans de règne. Lui même renversé par Laurent Désiré Kabila après 32 ans de règne et ce dernier trépassée par son garde du corps après 4 ans de règne.  Joseph Kabila 48 ans, après 18 ans de règne, vient de transmettre le pouvoir à la suite d’une élection paradoxalement libère et transparente au fils de l’ancien opposant historique Félix Tshisekedi.

“59 ans après son indépendance, la Rdc vit sa première transition démocratique entre un Président élu sortant et un Président entrant élu”, a souligné Félix Tshisékédi dans son long message .

La cérémonie aura été un succès total, sauf qu’elle a été gâchée à la fin par le malaise de Félix Tshisékédi survenu pratiquement à la fin de son discours. S’en est suivi un grand mouvement de foule alors que les secours et les forces de sécurité tentaient d’extraire le nouveau Président. Certains évoquent le surmenage ou l’émotion. La chaîne nationale qui retransmettait la cérémonie a préféré remettre l’antenne en studio. Panique et consternation, la Rdc retient son souffle.

Après, un bon moment de suspension de la cérémonie d’investiture, Félix Tshisekedi dont  des conservateurs africains ont vu la main de son père à travers ce malaise, dans un contexte purement africain, a terminé son discours sous les applaudissements de la foule très nombreuse.

En rappel, le cadavre du de Etienne Tshisekedi, opposant historique et père de Félix Tshisekedi, continue de séjourner dans une morgue en Belgique. Lequel cadavre avait été interdit de retour en Rdc par le président sortant, Joseph Kabila. D’aucuns estiment donc que Etienne Tshisekedi n’est pas content de l’alliance que vient de nouer son fils  Félix avec le pouvoir sortant.


Partager
  • 6
    Partages

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here