Beac, Siège de Yaoundé.
Partager

Lors de leur sommet du 23 décembre 2016 à Yaoundé les chefs d’Etat de la Cemac, avaient arrêté une stratégie de sortie de crise. Le cadre juridique des transactions avec l’extérieur était un élément fondamental de cette stratégie.

la RTS, la radio des majors. Notre radio partenaire, fête ses 20 ans de service public

« Il était apparu nécessaire de réviser la réglementation des changes en vigueur dans la communauté », rappelle la Beac.

La problématique de la révision du règlement en vigueur a été posée en 2011. Les activités de suivi du rapatriement des avoirs en devises des Etats de la Cemac ont été menées par le comité mixte Beac/Banque de France/Trésor français.

Entre Janvier et Mai 2019, la Beac situe la progression des rapatriements des devises à 127% allant de 771 milliards Fcfa à 1376 milliards Fcfa contre 605 milliards Fcfa en 2018.

Au même moment, entre avril et mai 2019, les banques de la Cemac ont importé pour plus de 80 milliards Fcfa de devises sans autorisation préalable de la Beac et elles se sont vues infliger des pénalités prévues par la nouvelle réglementation qui selon la banque centrale, est plus souple.

Toutefois, la nouvelle réglementation rencontre quelques obstacles, conséquences des anciennes habitudes et les résistances aux changements et de la remise en cause du modèle d’affaires de certains agents économiques, expliquent les experts.

Pour rappel, lors de sa session du 24 juin dernier, le Conseil d’administration du Fmi a apporté son soutien à la mise en œuvre par la Beac, de la nouvelle réglementation des changes qui devrait, bénéficier d’un soutien sans faille des Autorités nationales des pays membres de la Cemac.


Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here