Dominique Strauss-Kahn, ancien directeur général du FMI Photo: AFP / Stephen Jaffe
Partager

Dans une interview accordée à Jeune Afrique Economie, l’économiste français est revenu sur l’étude menée par son cabinet et dont les résultats ont été rendu public en Avril 2018.

la RTS, la radio des majors. Notre radio partenaire, fête ses 20 ans de service public

Dans le rapport, il précise qu’il est difficile de prétendre s’intéresser au développement de l’Afrique Francophone notamment, sans se poser la question de son système monétaire, surtout quand celui-ci fait l’objet de critiques, parfois fondées et parfois un peu moins.

Il est important d’explorer d’autres pistes

Dominique Strauss Kahn pense, face à une question du journaliste qu’il faut essayer autre chose : « Le moment est venu d’apaiser et d’élargir le débat sur la question de cette monnaie qui créé autant de polémique. Certains considèrent que le Fcfa a nui aux pays africains et qu’il doit disparaître. Je pense qu’ils exagèrent. D’autres estiment au contraire qu’il a joué un rôle formidable. Je pense qu’eux aussi exagèrent… ».

D’après lui,  Il y’a des avantages liés à l’utilisation de cette monnaie mais, il est désormais primordial de la repenser : « L’important est désormais de se demander ce qui est le mieux pour l’avenir. Et ça, c’est aux Africains de se le dire… ».

A la fin de l’étude menée, les experts ont fait ressortir quelques pistes de solutions afin de renforcer le Fcfa : La réattribution des sièges de la France au sein des instances des banques centrales africaines à des administrateurs internationaux indépendants – l’ancrage à un panier de monnaie plutôt qu’à l’euro – Une meilleure coordination économique des économies de la région et, un processus d’élargissement de l’Uemoa, notamment au Ghana.

Afin de bien mener ces différentes réformes, l’ex directeur du Fmi pense qu’il est important de remplir quelques conditions :

–   Une amélioration du dialogue avec les autorités africaines

–   Une communication qui met l’accent sur le renforcement du Fcfa

–    Une meilleure association des partenaires européens ainsi qu’une promotion de la coopération entre la Bce et la banque centrale africaine.

Ces propositions peuvent – elles être prises en compte ? L’avenir le dira.


Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here