© Getty Images Une femme qui se démaquille
Partager

À quoi ça sert ?

la RTS, la radio des majors. Notre radio partenaire, fête ses 20 ans de service public

Comme son nom l’indique, cette méthode consiste à se nettoyer le visage deux fois d’affilée. Première étape : une huile démaquillante qui, grâce à ses corps gras, décolle par affinité le fond de teint, les éventuels filtres solaires et l’excès de sébum. Après un rinçage à l’eau tiède, place à un produit moussant destiné, lui, à éliminer la pollution, les cellules mortes et même à désincruster les pores plus en profondeur. « Plus filmogène, l’huile décolle les corps gras en surface, tandis que la mousse pénètre dans les pores pour parfaire le nettoyage », explique Nathalie Broussard, directrice de la communication scientifique de Shiseido. Ce rituel élaboré est réservé au soir, tandis que les Asiatiques se contentent d’une mousse légère pour éliminer les toxines et le sébum de la peau au réveil.

C’est pour moi ?

Oui, si vous vous maquillez le teint ou que vous utilisez des filtres solaires au quotidien. Adaptez le rituel à vos envies et à votre type de peau. « L’huile, jugée parfois difficile à utiliser car elle coule entre les doigts, peut être remplacée par un baume ou un gel huileux dont la texture “casse” sur le visage à l’application », propose Nathalie Broussard. Parfois un peu corrosif quand on a la peau sèche, le nettoyant moussant se remplace par un lait, tout aussi efficace. D’ailleurs, dans les marques japonaises et sud-coréennes, les gammes de démaquillants et de nettoyants sont très larges, afin que chacune puisse concevoir son duo sur mesure : mousse constellée de grains pour les peaux grasses à désincruster, lait infusé d’huile ou d’acide hyaluronique pour les peaux sèches…

Les bons gestes

On applique l’huile sur peau sèche pour que l’affinité entre les lipides de la formule et ceux de la peau opère. Puis on masse par gestes circulaires, afin de décoller les impuretés, et on rince à l’eau tiède. Ensuite, on fait mousser le second produit entre les doigts ou à l’aide d’une fleur de douche. On récolte la mousse et on l’applique sur la peau humide du bout des doigts en insistant sur les zones aux pores plus apparents – les ailes du nez ou le menton. Plus économique qu’il n’en a l’air, le double démaquillage reste doux pour la peau si l’on ne force pas sur les quantités de nettoyant. Par exemple, une cuillère à café d’huile, une noisette de gel nettoyant ou une pression sur la pompe d’une mousse déjà prête suffisent amplement.

Et la lotion ?

Pour les Asiatiques, c’est le produit qui fait le pont entre le rituel du démaquillage et celui du soin. A la différence des lotions toniques classiques, destinées à éliminer les dernières impuretés, la lotion nouvelle génération repulpe la peau fraîchement nettoyée et la prépare ainsi à recevoir les soins qui vont suivre. Sa texture gélifiée permet de l’utiliser du bout des doigts pour sentir la peau « regonfler » sous l’afflux d’hydratation. Ainsi humectée, elle capte plus volontiers les actifs des sérums et autres crèmes qui vont suivre. A adopter même après un simple démaquillage !


Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here