© AFP L'avocat Eric Dupont-Moretti et le maire de Levallois-Perret Patrick Balkany
Partager

J’étais fou de rage.” L’avocat Eric Dupont-Moretti n’a pas caché dans une interview auprès de la Rts avoir très mal pris l’intervention de son client au premier jour de son procès lors d’une déclaration à la presse. Patrick Balkany, jugé avec son épouse pour “fraude fiscale“, “blanchiment de fraude fiscale” et “corruption active“, avait interrompu son conseil pour le corriger sur son âge.

la RTS, la radio des majors. Notre radio partenaire, fête ses 20 ans de service public

“Je suis vraiment fâché”

Madame Balkany est dans un état psychologique très fragile, c’est incontestable. Son mari, qui a 71 ans, l’a découverte inanimée et la pensait morte…” avait commencé à déclarer Eric Dupond-Moretti devant les journalistes, avant d’être interrompu par le maire de Levallois-Perret: “Soixante et onze bientôt, ne me vieillissez pas. Soixante-dix, ça me suffit!”

“Je suis vraiment fâché. Parce qu’à ce moment-là, c’est moi qui avait la parole, il me corrige là-dessus et ça atténue évidemment la portée de mon propos”, a expliqué l’avocat vendredi sur le plateau de la RTS. En a-t-il reparlé avec son client depuis? “Secret professionnel”, répond l’avocat, qui ajoute: “Imaginez ce que j’ai pu lui dire.”

Sa colère n’a cependant pas duré, semble-t-il. Me Dupont-Moretti assure ainsi n’avoir pensé abandonner le dossier “à aucun moment“. “Je le connais suffisamment pour voir que cette réaction-là, elle s’inscrit dans ce qu’il (Patrick Balknay) est au fond”, avance l’avocat.


Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here