Une oeuvre d’architecture… Pourtant tordue
Partager
  • 4
    Partages

Quasimodo, un être bien loin de la fiction…

Il semblerait que le roman écrit par Victor Hugo soit bien inspiré de faits réels : c’est un document du Musée Tate Modern de Londres qui nous interpelle. En effet, on y trouve une autobiographie du sculpteur Henry Sibson qui révèle le pot aux roses. Ce sculpteur, engagé par le gouvernement français pour rénover la Cathédrale, raconte qu’un autre sculpteur bossu a été également engagé afin de restaurer l’édifice. Cela ne vous rappelle pas quelqu’un ? Son nom commence par “Qua” et se finit par “Do”… La coïncidence est d’autant plus frappante que Hugo et Sibson ont écrit leurs ouvrages à peu près au même moment…

Victor Hugo et Napoléon Ier, figures salvatrices de la Cathédrale
la RTS, la radio des majors. Notre radio partenaire, fête ses 20 ans de service public

Napoléon Ier l’a fait inconsciemment en se faisant sacrer Empereur dans l’enceinte de la Cathédrale.

Un portail aux origines diaboliques…

Notre-Dame de Paris est l’objet de nombreux mythes. Le plus célèbre d’entre eux est le mythe du portail. Cette légende, datant du XIIe siècle, raconte que le portail principal de la Cathédrale a été “ferré par le Diable en échange d’une âme”… A l’origine de ce mythe, on trouve un fait divers : la mort du serrurier Biscornet. Après avoir réalisé la serrure du portail, ce dernier meurt brutalement. On raconte alors qu’il a donné sa vie en échange de l’accomplissement parfait et total du portail ; en bref, selon la légende, Biscornet aurait scellé un pacte avec le Diable afin de devenir “le plus adroit des serruriers”.

Le lieu d’accueil de la Fête de l’ ne (Charivari)

Durant le Moyen- ge, Notre-Dame de Paris accueillait une fête plutôt spéciale : la Fête de l’ ne. Tous les 26 Décembre, un homme se déguisait en évêque et montait à dos d’âne. Tous les autres invités étaient également déguisés et fêtaient l’événement en dansant et chantant à ses côtés.

Viollet-le-Duc tape l’incruste parmi les apôtres

Dans la forme originale du monument, les douze statues d’apôtres n’étaient pas du tout présentes. C’est Viollet-le-Duc, lors de ses travaux de restauration entrepris au XIXe siècle, qui les a intégrés sur la Cathédrale. L’architecte fantasque s’est représenté sous les traits de Saint Thomas, se retournant vers l’édifice afin de contempler son oeuvre architecturale.

Des rois décapités

Des statues représentant les rois du Royaume de Juda serpentent la façade principale de la Cathédrale. Lors de la Révolution de 1789, les révolutionnaires décident de décapiter toutes les statues car ils pensent qu’elles représentent les rois de France ! Pendant près de deux siècles, il sera impossible de remettre la main sur ces têtes coupées. Ce n’est finalement qu’en 1977 qu’on les retrouve dans la cour d’un hôtel du 9e arrondissement, par le plus grand des hasards.

Bâtie sur les vestiges de plusieurs églises

Notre-Dame de Paris n’est pas la première construction à naître sur l’Île de la Cité. En effet, avant elle, près de quatre églises y furent bâties : une église paléochrétienne du IVe siècle, une basilique mérovingienne, une cathédrale carolingienne, et une cathédrale romane.

Le coq aux trois reliques

Sur le toit, au sommet de la flèche se trouve une girouette pas comme les autres. Décorée d’un coq, elle comprend également trois reliques en son sein : un fragment de la couronne d’épines du Christ, une relique de sainte Geneviève (patronne de la capitale), et enfin, une relique de saint Denis (premier évêque de Paris).

Qui est Emmanuel ?

Il s’agit de la plus grande cloche de Notre-Dame. Elle pèse aujourd’hui 13 tonnes.

Une construction dans le respect de la “divine proportion”

La “divine proportion” est une géométrie qui permet apparemment de créer une harmonie de chacune des petites parties de l’édifice avec son ensemble. Ce nombre d’or s’obtient lorsqu’on divise la hauteur de la façade par sa largeur.

Des chimères perdues au milieu de gargouilles

Même si en termes d’apparence, il est facile de les confondre, les gargouilles et les chimères sont deux choses bien distinctes. Les gargouilles ont pour fonction d’évacuer l’eau depuis les toitures, tandis que les chimères n’ont qu’une fonction décorative. Lors des travaux de rénovation menés par Viollet-le-Duc, ces chimères ont été intégrées sur les toits de la Cathédrale, et parmi elles, on trouve la Stryge, l’ “insatiable vampire” allégorie de la Luxure et inspirée par une oeuvre de Charles Meyron.

Derrière la Cathédrale se cache une forêt…

Le toit de Notre-Dame de Paris a été réalisé avec plus de 1300 chênes ; ce qui représente près de 24 hectares de forêt ! Ce lundi 15 Avril 2019, une bonne partie de ce dernier a malheureusement été ravagée par les flammes… On estime à l’heure actuelle qu’il est impossible de le reproduire à l’identique. Ce dernier sera donc rénové à l’aide de technologies et procédés modernes.

Une ruche dans la sacristie

En 2013, un apiculteur a la bonne idée de faire don d’une colonie d’abeilles à Notre-Dame. Celle-ci sera finalement intégrée dans un espace sur le toit de la sacristie.

Notre-Dame, point de départ de toutes les routes de France.

Le cœur de la France se trouve à Notre-Dame. En effet, au centre de la place, on trouve sur le sol une sorte de boussole – le Point Zéro – qui indique les différentes directions (Nord, Sud, Est, Ouest). C’est à partir de ce point que sont comptées les distances dans le pays.

Un fondateur des plus modestes

L’évêque Maurice de Sully, à l’origine de la construction de Notre-Dame de Paris, est issue d’une famille modeste : son père est tâcheron et sa mère est bûcheronne. Maurice de Sully sort de sa campagne pour étudier à Paris. Plus tard, il intègre le fameux chapitre de Notre-Dame avant de finalement devenir évêque.

Victor Hugo et Napoléon Ier, figures salvatrices de la Cathédrale

La Révolution Française a délabré Notre-Dame de Paris. C’est notamment en 1789 que la flèche qui arborait l’édifice a été retirée par les insurgés. Suite à cet événement, la France a même envisagé la possibilité de détruire le bâtiment tant il était détérioré… Ce sont Napoléon Ier et Victor Hugo qui ont permis d’éviter cette catastrophe ! Hugo, à travers son livre Notre-Dame de Paris, a milité avec ferveur pour le sauvetage du monument.


Partager
  • 4
    Partages

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here