Photo de famille après l'ouverture des travaux.
Partager

Organisé par le réseau des Femmes Actives de la Cemac, il a pour thème : Faciliter les Echanges pour l’Intégration Régionale et le Développement Durable en Afrique.

la RTS, la radio des majors. Notre radio partenaire, fête ses 20 ans de service public

Malgré les efforts déployés pour promouvoir l’intégration régionale en Afrique centrale, le processus peine à produire des résultats concrets. Très peu de progrès ont été effectué, depuis la création de l’organisation qui visait l’amélioration de la vie quotidienne des habitants.

Les causes du blocage sont de divers ordres, c’est ainsi qu’on évoque par exemple :

–   l’Absence de véritables progrès en matière d’intégration, du fait que les pays de la région demeurent parmi les moins développés d’Afrique. 30% des habitants souffrent de la faim et, 70% vivent avec moins de 1 US$ par jour.

–     Certains observateurs affirment que ce sont les États membres qui sont  responsables de l’échec de l’intégration économique au sein de la communauté. Principalement préoccupés par leurs propres intérêts, ils croient également fermement que chaque État peut se développer de manière autonome, ce qui constitue le principal obstacle

–    La situation sécuritaire est un élément qui empêche lui aussi les différents Etats à rester focaliser sur ce défi. On évoque par exemple le conflit en Centrafrique ou encore, les répercussions régionales de l’insurrection menée par le groupe Boko Haram. Pour les observateurs, cela a négativement affecté les économies de la région ainsi que les efforts d’intégration. Ces défis absorbent également des ressources qui devraient être affectées au développement en temps normal.

–    De plus, les pays de la Cemac sont membres d’un groupement régional plus large, la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (Ceeac). Cette dernière partage de nombreux objectifs avec la Cemac et comprend également l’Angola, le Burundi et Sao Tome et Principe.

Selon l’analyste gabonais Emmanuel Bimbo, ce chevauchement crée une mauvaise allocation et une duplication des ressources : « L’impact de ce chevauchement de régimes est négatif car depuis qu’ils travaillent sur le même programme, ils gaspillent des ressources et du temps. La région ne connaît pas d’avancées aussi importantes que les autres sous-régions du continent. Ils doivent mettre en pratique ce que les chefs d’État ont décidé. L’objectif de l’Union africain est de converger vers une communauté économique sur le continent d’ici 2028 ».

Le programme des travaux prévoit:

–  Des rencontres de sensibilisation à l’intention des opérateurs économiques sur le commerce transfrontalier

–    Des ateliers aux thématiques diverses, à l’instar de la «  Présentation du Projet d’Appui direct de ‘Union Européenne au secteur privé » ou encore «  Présentation de la filière intégration » – Le Numérique, facteur incontournable pour le développement socio économique et l’intégration régionale – le Commerce transfrontalier des femmes et l’économie verte en Afrique Centrale

–   Une réunion de sensibilisation sur la libre circulation des personnes et des biens en Afrique Centrale.

–   Des formations sur la transformation des produits agropastoraux et autres produits locaux ou encore sur celle des plantes médicinales et enfin, une sur la norme /qualité et packaging (emballage, ensachage, étiquetage).

La deuxième partie de la Foire internationale de la Cemac  va se dérouler du 25 Juin au 4Juillet prochain, à Kyé – Ossi et, au -delà donc de l’aspect festif, le réseau des Femmes Actives de la Cemac espèrent que les thèmes choisis pour animer les ateliers, les présentations faites par les experts vont peut être contribuer à l’atteinte définitif de cette intégration tant souhaitée, ce brassage gagnant, l’amélioration de la vie des populations…


Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here