Cyrille Bolloré, Fils de l'Homme d'affaire français, Vincent Bolloré.
Partager

Cyrille Bolloré est annoncé cette semaine à Yaoundé. Le fils du milliardaire français Vincent Bolloré envisagerait de discuter avec le président camerounais. Notamment de la concession du terminal à conteneurs du port de Douala-Bonabéri, nous apprend Ecomatin.

Les deux offres du groupe Bolloré

la RTS, la radio des majors. Notre radio partenaire, fête ses 20 ans de service public

Concrètement, Cyrille Bolloré souhaiterait que Paul Biya intervienne en faveur de Douala International terminal (DIT). L’entreprise a perdu provisoirement la concession sur cette infrastructure, au profit de Terminal Investment Limited (TIL).

Le groupe Bolloré compte faire deux offres au chef de l’Etat, apprend-on. La première offre consisterait à payer les 24 milliards de Fcfa de redevances de stationnement pour l’année 2018. Somme que le Port autonome de Douala (PAD) réclame à DIT. Dans la seconde offre,  révèle Ecomatin, Bolloré envisage de payer des redevances égales ou supérieures à celles du groupe suisse TIL. Lesquelles s’élèvent à 357 milliards de Fcfa sur 15 ans. En plus un droit d’entrée de 24 milliards de Fcfa payables à la signature du contrat.

Cyrille Bolloré accuse

Dans sa lettre, Cyrille Bolloré accusait « certaines autorités camerounaises » de l’avoir mis hors course à sa propre succession. Alors qu’il y aurait eu un accord signé avec le port pour une prorogation de 4 ans de son contrat.

La désignation de TIL comme concessionnaire à titre provisoire avait d’ailleurs été annoncée par le DG du PAD, Cyrus Ngo’o. Alors que le tribunal administratif de Douala-Bonanjo venait d’ordonner la suspension du processus de désignation. «APMT et Bolloré(…) ont déposé des recours devant le tribunal administratif de Douala. Cette institution judiciaire a ordonné le 16 août 2019 le sursis à exécution de la décision du directeur général du Port autonome de Douala excluant les actionnaires de référence de DIT. Suspendant ainsi le processus d’appel d’offres en cours. En dépit de cette ordonnance, le directeur général du Port autonome de Douala a décidé de poursuivre le processus d’adjudication ». Ajoutait  DIT Dans un communiqué publié le 17 septembre dernier.


Partager

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here