Delor Magellan Kamseu Kamgaing, Président de la league camerounaise des consommateurs dans une boutique en action
Partager

Alors que le Cameroun est confronté à une extension progressive du Covid-19, certains commerçants développent des stratégies malhonnêtes pour s’enrichir. Luc Magloire Mbarga, le ministre du Commerce en a fait l’amer constat au quartier Mokolo et Fouda  à Yaoundé. Selon le quotidien national Cameroon Tribune en kiosque ce jeudi 26 mars 2020 ;
«Deux magasins de stockage de riz ont été mis sous scellés lundi à Yaoundé au quartier Mokolo et Fouda par le ministre du Commerce Luc Magloire Mbarga Atangana. Les responsables de ces entrepôts à savoir SOREPCO et SOTRACODI sont accusés de dissimuler d’important stock de riz afin de faire de la spéculation pour le premier, et d’augmenter des prix sur les 5% et 25% brisure d’origine thaïlandaise pour ce qui est du deuxième importateur», lit-on dans le quotidien gouvernemental
Quelques lignes plus loin, le journal que dirige Marie Claire Nana précise que chez SOREPCO sis au marché Mokolo par exemple, le grand magasin est vide.
«Quelques sacs de riz sont entreposés les uns sur les autres. Pourtant la société est la première importatrice pour le trimestre 2020, avec 26.555 tonnes de riz importées. Le même constat avait été fait dans la ville de Douala, pour cet importateur qualifié de récidiviste», soulignent nos confrères.
En ce qui concerne la situation du marché du riz, Luc Magloire Mbarga Atangana a révélé que le Cameroun  dispose actuellement de 200.000 tonnes. Ce qui correspond au tiers de la consommation annuelle de riz au Cameroun.
Cependant, ces stocks ne sont pas visibles sur le marché, notamment dans les magasins Sorepco, qui est pourtant le premier importateur de riz pour le premier trimestre de l’année en cours. C’est à la suite de ce constat que les magasins de cet opérateur ont été fermés à Yaoundé et à Douala.


Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici