Pierre Semengue et Seidou Mbombo Njoya.
Partager

Femmes et hommes des médias, Je vous souhaite à toutes et à tous la bienvenue à la Fécafoot à l’occasion de la conférence de presse, organisée au terme d’une  réunion du Comité exécutif constructive et décisive dans le projet  fédéral de donner à notre football un avenir et la place qu’il mérite. Le hasard du calendrier voudrait que nos assises se tiennent le même pour qu’un important match pour notre équipe nationale féminine A, qui affronte celle de l’Ethiopie pour le deuxième tour éliminatoire des Jeux Olympiques Tokyo 2020.

la RTS, la radio des majors. Notre radio partenaire, fête ses 20 ans de service public

Nous sommes bien entendu confiants dans les capacités de notre équipe à franchir cette étape, au regard du bon nul rapporté d’Ethiopie au match aller le 26 août dernier. Je souhaite donc bonne chance aux Lionnes Indomptables et vous invite tous à aller les soutenir au stade Ahmadou Ahidjo cet après-midi. La semaine dernière, les U20 ont remporté la médaille d’argent aux Jeux Africains de Rabat. N’oublions pas le huitième de finale des Lionnes à la coupe du monde en France et la nomination de la joueuse Nchout Ajara aux différents prix du but le plus beau de l’année par la Fifa. Ces prestations honorables du football féminin sur l’échiquier africain et mondial nous renforcent dans l’idée que l’impulsion que nous sommes en train de donner avec le démarrage de la Ligue de football féminin est une décision judicieuse. Les Lions U17 entrent aujourd’hui 3 septembre en stage de préparation pour la prochaine coupe du monde de leur catégorie qui aura lieu au Brésil en octobre prochain. Ils doivent participer au Tournoi de préparation Uefa Assist, qui se tient en Turquie du 20 au 27 septembre prochains. Les Lions U23 rencontrent leurs homologues tunisiens en match aller le 6 septembre à Yaoundé et en match retour le 10 septembre à Tunis, pour le compte du dernier tour qualificatif pour la Can U23 Egypte 2019.

Quant aux Lions Indomptables A, vous savez que le processus de recrutement d’un nouvel entraîneur est en cours. Un groupe de travail est penché sur la question, qui ne tardera pas à livrer les résultats. Plus globalement, nous sommes en train de travailler à une réforme de nos sélections nationales. Vous savez par exemple qu’une Charte d’éthique et de déontologie est en élaboration pour éviter les dérives comportementales du passé. Cette Charte comportera un Code de bonne conduite, y compris sur les réseaux sociaux et dans les médias, pour que les joueurs se consacrent uniquement au jeu. Ces dérives constatées doivent cesser, elles ne resteront plus impunies. Nos équipes nationales sont des vitrines pour la jeunesse, des symboles pour le peuple. Ceux qui ont le privilège de porter le maillot des Lions Indomptables doivent en être dignes car ils deviennent des ambassadeurs de tout un peuple. Hier s’est achevé à Bertoua le Tournoi Interpoules 2019. Une belle compétition de l’avis de tous les observateurs, qui ont noté le niveau élevé des prestations, un bon arbitrage, un public nombreux, un stade rénové et une organisation à féliciter. La réussite des Interpoules 2019 à Bertoua est l’œuvre conjuguée de la Fecafoot et des autorités publiques locales ; je les remercie de leur inestimable apport. Je tire mon chapeau à toutes les équipes participantes et je félicite Foncha Street de Bamenda, Stade de Bertoua et Ngaoundéré Fc pour leur accession à l’élite du football.

Nous avons là un aperçu de ce que sera la « Ligue des Régions », compétition que nous entendons lancer dès l’année prochaine et dont l’organisation sera rotative dans chacun de nos dix chefs-lieux de Région. Comme promis, les activités de la Ligue du football féminin commence dans quelques jours après la nomination de son organe dirigeant. Cette décision n’est pas qu’un arrimage aux exigences de la Fifa, elle procède d’une ambition largement exprimée et expliquée de refonder notre football. Il s’agit de leur donner la place qu’elles méritent au regard des progrès accomplis et de l’intérêt sans cesse croissant du public pour le football féminin. Je voudrais évoquer et attirer votre attention sur les stages de recyclage inaugurés par la Direction Technique Nationale (Dtn) en prélude au démarrage de la saison 2019/2020. Les entraineurs nationaux et leurs adjoints, les entraineurs de Ligues 1 et 2 ont eu l’occasion de mettre à jour leurs techniques. Nous sommes en train d’entrer dans le cœur des missions de la Dtn, comme nous l’avons souhaité. Notre ambition, vous le savez, est de la mettre au centre du projet de développement de notre football. Nous nous arrimerons progressivement aux techniques modernes en vigueur et ainsi refaire notre retard en clubs au niveau africain. C’est indigne de notre pays de ne plus être capable d’atteindre la phase de poules des compétitions de la Caf.

Cette année aucun club n’a franchi le premier tour, cela doit cesser. C’est pour cette raison que nous avons entrepris la réforme de la Ligue de football professionnel du Cameroun (Lfpc). Aujourd’hui, le Comité exécutif a confirmé la suspension des activités de la Lfpc décidées par le Bureau le 22 août 2019, et mis en place d’un Comité Technique Transitoire (Ott) chargé de gérer les affaires courantes et de restructurer le football professionnel. Nous en sommes arrivés là pour sauver notre football professionnel d’un déclin perceptible par les contreperformances de nos clubs en compétitions internationales. En effet, une intervention de la Fecafoot était devenue inéluctable au regard des dysfonctionnements et tensions en cours au sein de la Lfpc. Notamment :
– une crise de confiance profonde entre la Lfpc et la majorité des clubs professionnels ;
– le non-respect récurrent des dispositions statutaires de la Ligue
liées au mauvais fonctionnement des organes à l’instar de la non￾tenue des Assemblées Générales, de même que l’inexistence des
règles de procédures budgétaires et financières ;
– l’inexistence d’un organigramme et d’un plan cohérent de gestion des ressources humaines favorisant des pratiques peu orthodoxes;
– la remise en cause répétée de la tutelle de la Fédération et de ses prérogatives ;
– l’opacité dans la gestion des subventions allouées par l’Etat et la
Fefacoot marquée par l’inexistence des comptes d’emploi. – l’Incapacité à générer des ressources propres;
– le départ de tous les sponsors et partenaires légués par la
fédération (Mtn, Camrail) ;
– le manque d’intérêt des TV capables d’acquérir des droits ;
– un format des compétitions fluctuant chaque année faisant passer;
le nombre de clubs tantôt à 14, tantôt à 18 ou même à 20 ;
– une dette locative inexplicable de quatre années d’arriérés de loyer;
– la perte de compétitivité de nos clubs sur la scène continentale du fait d’une organisation approximative des compétitions. Pendant que l’Assemblée générale de la Fecafoot, réunie le 26 juillet 2019 et s’appuyant sur desrecommandations du Comité ad-hoc chargé de réfléchir à la réforme de la Lfpc, balisait la voie pour une restructuration en profondeur, une violente campagne médiatique s’est engagée contre la Fecafoot, conclue par un recours à la Chambre de conciliation et d’arbitrage pour attaquer les résolutions de l’Ag.
Il convient de rappeler que la Lfpc a été créée par la Fecafoot au
cours de son Assemblée générale ordinaire tenue le 28 mai 2011. C’est la fille de la Fecafoot. A sa création, la Ligue de Football Professionnel du Cameroun s’engageait « à se soumettre entièrement aux obligations découlant de ses statuts, des Statuts de la Fecafoot et autres règlements de la Fifa, de la Caf et de la Fecafoot». Elle n’a pas tenu parole, elle n’a pas respecté ses textes et ceux de sa tutelle, la Fecafoot. Elle n’a pas respecté la loi du 11 juillet 2018 portant organisation et promotion des activités physiques et sportives au Cameroun. Cette loi stipule que « la ligue sportive exerce ses missions sous la tutelle et le contrôle de la fédération sportive civile nationale concernée. Les missions, l’organisation et les compétences territoriales des ligues sportives sont fixées par des statuts-types établis par la fédération sportive civile nationale concernée ». En refusant de se soumettre à ce corpus législatif et règlementaire, la Lfpc s’est elle-même mise en rupture de ban vis-à-vis de sa tutelle.

En revanche, la Fecafoot a tenu ses engagements en termes de subventions versées chaque année à la Lfpc. Seulement pour l’année 2018/2019, ce montant s’élève à environ 250 millions de Fcfa. Depuis la création de la Lfpc, la Fecafoot a versé plus de 2 milliards de Fcfa.
Il faut y ajouter le patrimoine légué à savoir, deux sponsors Mtn et Camrail. En tout état de cause, un nouveau cap est donné pour la Lfpc, avec la mise sur pied d’un Comité Technique Transitoire. Il ne s’agit bien sûr pas d’une décision prise contre un individu, en tout cas pas contre le Général Pierre Semengue, qui a marqué une brève présence pendant les travaux de ce Comité Exécutif. Nous lui avonsréitéré tout le respect que nous avons pour sa personne, sa carrière et son œuvre dans le football. C’est d’ailleurs pour cette raison que la proposition de l’élever au rang de président d’honneur de la Fecafoot avec statut privilégié, prise lors de l’Assemblée Générale du 26 juillet dernier reste en vigueur. L’objectif final est la professionnalisation effective de notre championnat d’élite. Redorer le leadership du Cameroun en Afrique en matière de football passe par un championnat national d’un niveau élevé et des prestations honorables de nos clubs sur la scène africaine. Nous allons nous y atteler aux côtés des responsables de transition. Sur ce, je vous remercie de votre aimable attention et je suis prêt à répondre à vos questions, en indiquant que nous avons un match tout à l’heure.


Partager

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here