Assemblé Nationale du Cameroun
Partager

Traditionnellement depuis l’arrimage de l’année budgétaire à l’année civile, la session de novembre est essentiellement consacrée à l’examen et l’adoption de la loi de finances de l’année suivante. C’est pourquoi on la qualifie de session budgétaire.
La nouvelle session qui s’annonce ne va pas déroger à cette règle, puisqu’il faut bien doter l’Etat des moyens pour pouvoir fonctionner en 2020.
Cependant les regards de la communauté nationale et internationale ne seront pas focalisés à titre principal sur le contenu de la loi de finances de l’année prochaine, mais plutôt sur des éventuels textes ayant un rapport avec les résolutions du Grand Dialogue National organisé par le gouvernement à Yaoundé du 30 septembre au 04 octobre 2019,ou plus largement sur des textes relatifs à la situation sociopolitique marquée par plusieurs crises dans le pays.
S’agissant par exemple des résolutions du Grand Dialogue National censé mettre fin à la crise sociopolitique et sécuritaire qui secoue les régions anglophones du Nord-Ouest et du Sud-Ouest depuis trois ans, l’une d’elle recommande de doter ces deux régions d’un statut spécial à l’intérieur du Cameroun.
Pour que cela puisse être possible, il faut absolument des aménagements législatifs. Sur le terrain, la situation qui a déjà causé la mort d’environ 2000 personnes selon l’ONG International Crisis Group et provoqué le déplacement de 500 mille autres selon les Nations Unies, ne s’est guère améliorée.
Il est donc préférable d’agir vite pour au moins stopper la spirale des violences. L’opinion attend de savoir quel contenu le gouvernement propose dans le cadre du « statut spécial » aux régions anglophones.
Ensuite, on devrait savoir s’agissant des députés, si le calendrier électoral tel que prévu à l’heure actuelle est maintenu. Car en théorie, la session de novembre est la dernière pour les élus de la 09ème législature dont le mandat démarré en 2013 et déjà prorogé à deux reprises, s’achève en décembre 2019.
Les députés peuvent encore décider sur proposition de l’exécutif de rallonger encore leur mandat. Et si cette option prospère, il est possible que le code électoral soit modifié afin au moins de permettre la prolongation du mandat des conseillers municipaux, étant entendu que depuis 2002, les élections législatives et municipales sont organisées le même jour.

Eric Boniface Tchouakeu, Journaliste Éditorialiste, Conseiller éditorial de panorama papers.
la RTS, la radio des majors. Notre radio partenaire, fête ses 20 ans de service public

Si l’on prend seulement en compte les points que nous avons d’énumérer, on constate que les attentes de la session parlementaire de novembre seront davantage politiques.
Il ne s’agit pas d’espérer que le parlement cesse comme le soutient une certaine opinion, d’être des chambres d’enregistrements des décisions de l’exécutif, parce que le rapport de force politique avec notamment l’écrasante majorité détenue par le parti au pouvoir à l’Assemblée Nationale et au Sénat reste inchangé, mais surtout que le gouvernement y envoie des projets de textes vivement attendus.


Partager

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here