Partager

Le but de l’attaquante de Valerenga figurait dans le Top 10 des plus beaux buts de la compétition. Celle que la presse française présente comme un emblème de réussite et d’émancipation dans le royaume Bamoun, où elle est née à l’hôpital Protestant de Njisse, le 12 janvier 1993, ne figure pourtant pas dans la liste des nominées en course pour le Ballon d’or féminin cette année.

la RTS, la radio des majors. Notre radio partenaire, fête ses 20 ans de service public

Pourtant, elle était bien partie pour remporter ce trophée. A 26 ans, elle offrirait ainsi une couronne (de consolation) au Cameroun, sorti en huitièmes de finale par la redoutable Angleterre (0-3). Grâce au football, Nchout a fait le tour du monde. Russie, Suède, Norvège, où elle défend désormais les couleurs de Valerenga, le modèle des jeunes filles Bamouns a même évolué brièvement dans la prestigieuse Ligue professionnelle nord-américaine, la WSL, au Western New York Rash.

Avec son statut de professionnelle, elle est un pilier de l’équipe nationale féminine Sénior. Première Ballon d’Or de l’histoire l’an passé, la NorvégienneAda Hegerberg fait partie des six Lyonnaises qui figurent parmi les 20 nommées pour le prestigieux trophée. Parmi elle, on retrouve les trois Françaises en lice : Sarah Bouhaddi, Wendie Renard et Amandine Henry. Championnes du monde, les Américaines comptent quatre représentantes dont Megan Rapinoe, grande favorite pour remporter le trophée après avoir été nommée meilleure joueuse de la Coupe du monde et meilleure joueuse Fifa the Best.


Partager

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here