La prise en charge des femmes souffrant de cette maladie au Tchad, a connu un progrès ces dernières années grâce à l’implication de la première Dame.
Partager

La femme c’est la mère de l’humanité. Classée parmi les personnes vulnérables, elle l’est encore plus lorsqu’elle porte une vie dans ses entrailles. A ce moment, elle doit être traitée avec tout le confort possible pour lui permettre un accouchement paisible et sans risque. Mais tel n’est pas encore le cas dans l’arrondissement de Meyomessala. Les femmes enceintes de cette localité vivent le martyr. Pendant qu’elles se battent à supporter la douleur viscérale que provoquent les contractions, elles doivent également faire face au parcours kilométrique qu’elles doivent effectuer pour donner naissance. Puisqu’il faut partir de Meyomessala pour Sangmélima qui est le chef lieu du département du Dja et Lobo. Elles parcourent toute cette distance d’environ 50 Km, juste parce qu’aucun centre de santé n’est suffisamment outillé pour les permettre une bonne prise en charge dans leur localité.

la RTS, la radio des majors. Notre radio partenaire, fête ses 20 ans de service public

Normal que dans le plaidoyer fait à l’endroit du ministre de la Santé publique, représentant de Chantal Biya à l’occasion du lancement de la 14e édition de la semaine nationale du cœur, que le maire de Meyomessala, Mebiane Mfou’ou Christian, incluse ce supplice que traversent toutes les futures « mamans » de sa circonscription administrative.  « Le Cameroun ne saurait être émergent si les populations ne sont pas en santé. Mais il faut augmenter les plateaux techniques et renforcer le personnel de santé qui pour la plupart, sont recrutés localement. Ils espèrent aussi être recrutés à la fonction publique. Les femmes enceintes sont obligées d’aller jusqu’à Sangmélima pour accoucher. Mr le ministre on espère avoir des appareils d’échographie, d’imagerie… dans nos centres de santé ici à Meyomessala », a-t-il souhaité. Une situation rocambolesque pour les 70.000 âmes que compte cette localité d’origine du président de la République. Surtout lorsque l’amélioration et la création des centres de santé font partie des projets qu’il a lui-même inscrit dans son nouveau septennat lors de sa prestation de serment le 06 novembre 2018. Dommage pour cette ville où il a poussé son premier cri et qui l’a vu grandir.


Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici