Lycée bilingue de Deido, des élèves éprouvés.
Partager

S’étendant du 6 au 12 août 2019, cette assise a pour objectif de deviser sur la place des organisations des associations de jeunes dans la résolution des crises sociales. Confronté, ces dernières années, aux crises hétérogènes  -sociale, politique et sécuritaire-, le Cameroun est fort interpellé par cette thématique tant la jeunesse est la cible et la victime de cet environnement morbide et mortifère.
La jeunesse, dans les discours officiels, est considérée comme le fer de lance de la nation camerounaise. C’est, en effet, sur cette catégorie de la population que les officiels gouvernementaux se focalisent, très souvent, pour construire des discours soporifiques et démagogiques dans l’optique de les solliciter à des fins éminemment politiques. Confinés dans des rôles subalternes liés à  l’animation politique, des jeunes constituent le bétail électoral auquel des messages mirobolants sont destinés aux fins de les capitaliser et de les capter. L’enjeu étant de les mettre à profit pour s’approprier la démographie électorale juvénile chargée d’investir les aînés sociaux à des postes électifs. Lorsqu’il faut bénéficier, en retour, d’une certaine considération sociale et, a fortiori, des passerelles d’intégration, de mobilité et d’ascension socioprofessionnelle, des aînés sociaux cultivent des facteurs de blocage, voire des pesanteurs à l’éclosion juvénile. Toute chose qui entraîne des formes de frustration, de minoration et de discrimination des jeunesses du pouvoir destinées à être enrôlées dans les cercles de la servitude du pouvoir politique.
 Certes, l’enjeu crucial, ces dernières années, consiste à travailler à la résorption des poches conflictogènes et crisogènes structurées par les amba boys dans les zones anglophones. Mais, en les terrorisant, bien de jeunes impliqués dans les marches nationales de résistance au hold-up électoral et dans les mutineries des 22 et 23 juillet 2019 dans les prisons centrale de Yaoundé et principale de Buea, comment le système gouvernant en place veut-il s’attirer la sympathie juvénile dans l’optique de les convaincre des’investir dans le processus de résolution de la crise sociopolitique actuelle? L’objectif est, certes, louable et vendable, mais les formes de torture morale et psychologique subies par des jeunes leaders anglophones, des jeunes leaders, militants et sympathisants du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc), ainsi que celles vécues par de nombreux prévenus et détenus entraînent la désaffection de leurs pairs situés hors des milieux carcéraux et, par corollaire, le découragement, la démoralisation et l’apathie populaires.

Tous ou presque sont outragés et offusqués par le pouvoir autoritariste enclin à la gouvernance répressive marquée du sceau des arrestations, des formes d’intimidation et des types de maltraitance qui s’échelonnent chaque fois que des mouvements de colère s’opère dans l’arène sociale. Placer donc aujourd’hui les jeunes au cœur des dynamiques de lutte pour la résolution des crises multiformes est une vaine idée tant que les forces politiques du système gouvernant en place ne travaillent pas à l’apaisement et à la réconciliation des acteurs en proie à des formes d’oppression sociale.

Serge Aimé Bikoi, Journaliste. Rédacteur en Chef Panorama papers. Sociologue du développement.
la RTS, la radio des majors. Notre radio partenaire, fête ses 20 ans de service public

Plutôt que de vouloir instrumentaliser la couche juvénile à des fins de restauration de la paix dans les régions du Nord-Ouest et du sud-Ouest, plutôt que d’inviter les agents socialisants à encourager le retour précipité des jeunes scolaires à l’école, il vaut mieux, pour les technocrates du pouvoir de Yaoundé, de penser à la décompression de la machine autoritariste, de créer une atmosphère de décrispation en cette période de turbulence et d’œuvrer à la réconciliation et à la pacification des pôles d’acteurs englués dans les scénarii de la conflictualisation ds rapports de pouvoir avec le régime de Yaoundé.


Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here