Partager

Le 09 Février 2020, auront lie les élections législatives et municipales. Mais avant, certains responsables de partis politiques excipent de considérations diverses,

la RTS, la radio des majors. Notre radio partenaire, fête ses 20 ans de service public

soit pour boycotter les élections à venir, soit pour
exiger leur report pur et simple, ou encore, pour
fixer des conditions à leur participation. En déclarant cette demande infondée, le Mincom indique qu’outre ces considérations liées à la légalité, il
y a celles relatives aux attentes légitimes, voire
à l’impatience des camerounaises et des camerounais qui, très nombreux, aspirent à
prendre part à ces deux scrutins dont
l’importance n’est plus à démontrer”.

En rappelant que les précédentes prorogations successives des élections ont tenu compte du
contexte socio-politique, et partant, du sentiment
de la classe politique nationale, au sujet
notamment, de la situation sécuritaire dans les
régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, l’ancien ministre chargé des missions à la présidence de la République souligne que Paul Biya saura
prescrire toutes les mesures nécessaires pour
garantir le bon déroulement des élections dans
ces régions. Par conséquent, “le gouvernement invite les
leaders des partis politiques à faire preuve de
bonne foi, de civisme et d’une conscience
nationale, citoyenne et républicaine, et à
consacrer leurs efforts à la mobilisation de leurs
militants pour prendre part dignement aux
scrutins qui les attendent, et qui seuls confèrent
la légalité et la légitimité nécessaires à la
conduite des affaires de l’Etat”, souhaite-t-il.

Dans la même veine, le ministre rappelle que
tous les candidats appelés à prendre part au double scrutin législatif et municipal du 09 février 2020, ont été soumis aux mêmes
contraintes, ont fait face aux mêmes difficultés,
et ont dû tous se conformer aux exigences de la
loi. ” C’est donc le lieu de dire que les déclarations
de certains leaders de partis politiques, tendant à
imputer aux pouvoirs publics leur difficulté à
respecter les dispositions réglementaires, et
donc, à être à jour, dans les temps impartis aux
différents protagonistes, sont totalement
infondées”, déclare-t-il. Et de poursuivre “le gouvernement entend fustiger toutes les manœuvres qui s’apparentent
au chantage, et à de la surenchère, tout comme il
dénonce ces diverses tentatives d’ingérence
extérieures ou ces velléités d’interférences
contraires à nos lois, et qui préconisent d’autres
reports, des reports infinis des élections
législatives et municipales en perspective”. À la suite de ce dernier, le ministre de l’Administration territoriale confirme que les élections auront bel et bien lieu dans les deux régions en crise et invite tous ceux qui ont désisté à ne pas empêcher les autres à y prendre part si non, ils vont faire face à la rigueur de la loi.


Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici