Partager

“.…En fin, je demande au soit disant Docteur Ibrahim Moubarak Mbombo, et à son soit disant Conseil camerounais des imams, des mosquées et des affaires islamiques de mettre fin illico presto à son escroquerie religieuse, à son désordre, et à sa mégalomanie dont l’objectif est de semer la zizanie et la confusion dans les esprits aussi bien des musulmans que des chrétiens. Des dispositions légales seront prises pour arrêter ce désordre qui n’honorent ni son auteur ni la communauté musulmane.” Ainsi s’exprimait le Pr Souley Mane Bouba, porte parole par intérim de la Commission nationale du croissant lunaire et surtout secrétaire permanent de l’association culturelle islamique du Cameroun (Acic). C’était hier en mi-journée, à travers un audio auquel j’ai accédé dans un groupe WhatsApp. Audio dans lequel il indiquait que la Commission nationale du croissant lunaire était à pied d’œuvre et que la date de la fête de fin de Ramadan au Cameroun n’était pas encore connue. Une mise au point à chaud quoi.
À la simple lecture de cette réaction, il se dégage que le Pr Souley Mane Bouba semble ne même pas connaître le Dr Ibrahim Moubarak Mbombo. Et donc, ne peut en aucun cas accorder du crédit à ce qu’il fait. Or, il est connu d’eux tous, que le “soit disant Docteur Ibrahim Moubarak Mbombo” est président national de l’Union islamique du Cameroun, l’une des trois associations musulmanes dont l’existence légale, comme le veut la loi, est autorisée par décret présidentiel. Deuxièmement, le Pr Souley Mane indique que ce que le Dr cheick Ibrahim Moubarak Mbombo fait n’est ni plus ni moins qu'”une escroquerie religieuse”. En clair, s’il n’avance aucun argument pour expliciter ce jugement sentencieux, le Pr Souley Mane Bouba veut tout simplement dire qu’aucune valeur morale encore moins théologique, ne peut être donnée aux éclairages du président national de l’UIC. Plus grave, Souley Mane Bouba souligne que ” des dispositions légales seront prises pour arrêter ce désordre…”. À se demander s’il parle là au nom du Ministre de l’Administration territoriale ou du président de la République qui a signé le décret d’autorisation d’existence de l’UIC. En tout, on comprend que seule sa version des faits sera officielle et prise en compte. Ce qui est le cas, évidemment.
Sans avancer aucun argument sur les méthodes utilisées par la Commission dont il dit être porte parole par intérim, Souley Mane Bouba s’est juste borné à dire qu’elle était à pied d’œuvre. Sans apporter le moindre éclairage sur les méthodes scientifiques universellement reconnues et utilisées par les grands pays musulmans pour sonder le ciel, méthodes sur lesquelles s’est appuyé Ibrahim Moubarak Mbombo pour démontrer que la date de la fête aurait lieu ce mardi, Souley Mane Bouba a juste tenu à revendiquer et à rétablir l’autorité exclusive de sa Commission dans l’annonce de la date de la fête. En taxant son frère musulman pourtant “d’escroc”, croyez vous que Souley Mane Bouba pouvait encore confirmer l’information donnée par Ibrahim Moubarak Mbombo ? Même si le croissant lunaire avait été aperçu. Ce qui est d’ailleurs curieux. Car, le croissant lunaire a été aperçu au Nord du Cameroun, au Tchad. Au Sud du Cameroun, au Gabon. Il a donc traversé le Cameroun sans être aperçu. Et puis, alors qu’on scrute le ciel avec des appareils sophistiqués, comment comprendre que nos “voyants” Camerounais en soient encore à fixer le ciel à l’œil nu ?

Azize MBOHOU, fidèle musulman à la recherche de la lumière divine.
la RTS, la radio des majors. Notre radio partenaire, fête ses 20 ans de service public

Qu’allaient-ils ou alors que voulaient-ils apercevoir ? À partir du moment où la Commission nationale du croissant lunaire ne reconnaît même pas l’existence d’un être humain qu’on appelle Ibrahim Moubarak Mbombo, pouvait-elle prendre en compte ses efforts d’éclairage de la Oumma ? Pouvait-elle s’hasarder à lui donner raison en confirmant la date de la fête ce jour au Cameroun ? La réponse coule de source visiblement. Mais Allah en sait plus que nous. qu’Allah nous pardonne.


Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here