Partager

Y faisant référence, le ministre de l’administration territoriale s’est permis de déclarer vendredi dernier que: ” Nous ne discuterons pas de la forme de l’Etat”.
Il est désormais établi qu’un dialogue franc et sincère organisé dans le cadre de la résolution de crise ne saurait se faire avec ce pyromane invétéré qui traîne la sinistre réputation d’être la forme achevée du deni de dialogue puisqu’il est connu de tous que M. Atanga Nji est l’un des principaux vecteurs de l’exacerbation de la violence verbale et physique depuis le déclenchement de cette crise et même bien avant.
Pour avoir persisté dans sa posture de pyromane arrogant, intéressé et inconséquent et compte tenu surtout de ce que cette vomissure intervient au moment où le Premier ministre – qui vient d’achever ses consultations dans les régions du nord-ouest et du sud-ouest – a indiqué être porteur d’un voeu présidentiel de dialogue portant sur “tous les sujets en dehors de la séparation”, M. Atanga Nji doit démissionner de ses fonctions ou tout simplement être démissionné du gouvernement. Pour hostilité établi au dialogue annoncé et rébellion ouverte contre l’autorité du Premier ministre, Chef du gouvernement auquel il appartient. M. Dion Ngute a intérêt à mettre sur la table la démission de

Honorable Jean Michel Nintcheu, Député sdf
la RTS, la radio des majors. Notre radio partenaire, fête ses 20 ans de service public

M. Atanga Nji contre la sienne pour ne pas être considéré comme un chef de gouvernement de façade comme la plupart de ses prédécesseurs.
Tout ponce pilatisme au sujet de la démission immédiate de M. Atanga Nji donnera définitivement raison à ceux qui estiment que le dialogue tant annoncé et par ailleurs souhaité, participe en réalité d’une entourloupe supplémentaire visant à faire diversion sur la pression grandissante de la communauté internationale.


Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here