Partager

Le Président national de l’Union Démocratique du Cameroun (Udc) a rendu l’âme vers 03 heures du matin le samedi 07 mars 2020 à Yaoundé et a été inhumé le lendemain à Foumban, Chef lieu du Département du Noun dans la région de l’Ouest où il avait vu le jour le 08 mai 1942.Pendant ces derniers mois, la maladie avait éloigné le défunt de la scène publique.
Adamou Ndam Njoya a été incontestablement un acteur majeur de l’arène politique camerounaise durant les 30 dernières années.
Ancien Vice-Ministre des Affaires étrangères (1975-1977) et surtout ex-Ministre de l’Education Nationale (1977-1980), sous le Président Ahidjo, Adamou Ndam Njoya a choisi le camp de l’opposition au régime du Président Biya à l’ouverture démocratique au début des années 1990.
Avec le retour au multipartisme, il crée en 1991 l’Udc, parti politique qu’il a dirigé jusqu’à son décès .Pendant une trentaine d’années, Adamou Ndam Njoya s’est illustré comme étant un poids lourd de l’opposition.
Sa résidence au quartier Essos à Yaoundé a été le lieu de rencontre et de réunion de plusieurs autres figures de l’opposition dans les années 1990.
Fort de cette légitimité doublé d’un charisme personnel, Adamou Ndam Njoya aura cependant, au delà de sa formation politique, essayé sans grand succès de fédérer au tour de lui l’ensemble des forces alternatives au régime de Paul Biya.
En 1992, l’Union pour le Changement, la grande coalition de l’opposition lui préfèrera John Fru Ndi comme porte –flambeau à l’élection présidentielle du 11 octobre. Adamou Ndam Njoya s’y présentera néanmoins et ne recueillera qu’un peu plus de 04% des voix, soit près de 10 fois moins de suffrages que Fru Ndi, arrivé officiellement 2ème avec un peu plus de 36%, derrière Paul Biya, 39%.
En 2004, il est choisi comme candidat d’une autre coalition de l’opposition à la présidentielle et ne fera pas mieux en terme de score comparativement à 1992.En 2011 et 2018, ses deux dernières tentatives de briguer la magistrature suprême ont été infructueuses.
Cependant au niveau local, Adamou Ndam Njoya s’est imposé comme un acteur quasi indétrônable notamment à Foumban où il a été le Maire de 1996 à 2020. L’Udc a d’ailleurs conservé cette commune et a consolidé au passage ses positions dans son fief du Noun à l’occasion du double scrutin législatif et municipal du 09 février 2020.
Adamou Ndam Njoya a aussi été député à l’Assemblée Nationale entre 1997 et 2007.Il a joué un rôle majeur lors de la conférence tripartite organisée en 1991 pour décrisper l’atmosphère politique au Cameroun .Il s’est aussi battu aux côtés d’autres acteurs de l’opposition pour l’amélioration du système électoral.

Eric Boniface Tchouakeu, Journaliste éditorialiste. Conseiller éditorial panorama papers. Chef de chaîne Radio Tiemeni Siantou.
la RTS, la radio des majors. Notre radio partenaire, fête ses 20 ans de service public

Son combat à ce niveau reste à parachever.
Adamou Ndam Njoya avait opté ces dernières années pour des échanges permanents d’idées entre divers acteurs de la société à travers l’organisation régulières des « Journées Républicaines de Réflexions et d’Echanges », nom du concept soutenu par l’Ecole Africaine d’Ethique qu’il a mis sur pied.
Homme multidimensionnel, Adamou Ndam Njoya avait surtout fait de la promotion de l’éthique, le fondement de la plupart de ses engagements. Il laisse un lourd héritage difficile à porte par une seule personne au sein de ses familles biologique et politique.
Le premier défi pour ses héritiers devra consister à préserver les acquis et tenter ensuite de faire triompher les idées du défunt.


Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici