Partager

J’ai déjà, ici même, indiqué comment un jour où je me rendais en Allemagne, la police avait confisquée mon passeport à l’aéroport de Douala, sans aucune explication.

la RTS, la radio des majors. Notre radio partenaire, fête ses 20 ans de service public

Le Commissaire m’avait alors répondu: “Mais c’est notre passeport. Nous reprenons notre chose et vous demandez des explications ? Où est le problème” ?

Ce pouvoir m’avait alors demandé de signer une infamante lettre d’excuse à Paul Biya, afin de récupérer cet important document.

Ici, toujours sans aucune explication, on prive un artiste de renommée internationale de cet instrument indispensable pour assurer sa pitance quotidienne; on l’oblige à s’humilier en mondovision pour, à la faveur d’une élection, l’instrumentaliser afin de faire plaisir à un plaisantin.

Le pire est que les intellectuels du Renouveau, adeptes du dieu Biya (Jean Paul Ntsengue, Leon Messi, Mathias Owona Nguini…) et leurs alliés (du Kokidem notamment) ne s’offusquent du fait qu’on puisse pousser un homme, pour des paroles plus ou moins sensées, dans ses retranchements au point de risquer la “famine”,

Benjamin Zébazé, Directeur de publication Ouest Littoral

juste pour le rallier à un groupe mafieux qui détruit ce pays.

Personne pour dénoncer un tel arbitraire.

En regardant le sous ministre rendre ce passeport le torse bombé, je me suis dit qu’il faudra au moins deux siècles pour ramener un peu d’éducation dans notre peuple meurtri par bientôt 40 années de Renouveau erratique.

Pauvre Cameroun !


Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici