Partager

Le candidat arrivé 3e n’a pas été tendre avec le candidat arrivé 2e à la dernière élection présidentielle. Dans une publication, Le président du Parti camerounais pour la réconciliation nationale (Pcrn) dénonce les messages contradictoire du leader du Mouvement pour la renaissance du Cameroun. Il réagi ainsi à l’annonce par Maurice Kamto de l’ouverture des listes des investitures dans le Mrc pour les prochaines élections locales.

la RTS, la radio des majors. Notre radio partenaire, fête ses 20 ans de service public

Cabral Libii se désole que Kamto n’ait pas appelé à s’inscrire massivement sur les listes électorales. « Il n’y a rien de plus inconséquent que de combattre avec acharnement et pendant plusieurs mois une chose dont la pertinence est pourtant incontestable, pour finalement la faire à contretemps ou tardivement », a dit Cabral Libii. Les inscriptions sur les listes électorales avaient démarré en janvier et se sont terminées en août dernier.

Inconséquence de Maurice Kamto !

Par ailleurs, toujours dans sa publication, Cabral Libii fustige l’inconséquence du leader du Mrc.

« À quoi ça aura servi de traiter ceux qui appelaient à s’inscrire sur les listes électorales d’alliés du régime pour finalement être candidat aux élections? À quoi ça sert de traiter ceux qui appellent les masses à la participation politique de « collabo », pour finalement aller aux élections? », interroge Cabral Libii. Le leader politique ne s’en arrête pas là. Il poursuit sa série d’interrogations.
« À quoi ça sert de dire qu’il ne sert à rien de voter pour finalement être candidat? À quoi ça sert de dire que toute élection est inutile avec le code électoral actuel, pour finalement aller aux élections avec le même code? A quoi ça sert de prétendre conditionner la question électorale à la fin de la guerre en zone anglophone pour finalement s’en foutre éperdument et aller aux élections? », question toujours le leader du Pcrn.

Cabral Libii déplore déjà l’impct négatif que les campagne du Mrc ont pu avoir au niveau des citoyens et des électeurs. « Toutes ces personnes découragées par des campagnes stupides dans les médias et autres réseaux sociaux, quelle perte ! Quel gâchis ! Qu’est-ce qu’on y gagne ? Juste la défaite électorale et le ridicule bien préparés…Hélas », se désole-t-il.

Dans son message, il en appelle au bon sens. Car pour lui, une coalition doit commencer par le partage de bon sens. « La vraie coalition commence par le partage du bon sens. On peut s’étriper sur bien de choses, se détester son on veut, mais il doit y avoir un seuil commun de bon sens. Il y a des choses incontournables et incompressibles. Ces choses doivent être épargnées par nos abaissements haineux et nos bestialités, parce qu’elles sont indispensables à l’atteinte de l’objectif final présumé commun ».


Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici