Dr. Richard Makon, Enseignant chercheur à l'université de Yaoundé II, Soa
Partager
  • 7
    Partages

Cet enseignement de l’une des plus illustres figures intellectuelles de notre continent est aussi une interpellation puissante et transformatrice qui a bouleversé ma petite vie.

la RTS, la radio des majors. Notre radio partenaire, fête ses 20 ans de service public

Vous me direz c’est normal, lorsque vous avez la grâce d’avoir à vos côtés le Pr. Sindjoun Pokam comme figure inspirante qui se donne pour mission de vous rappeler cette interpellation de FANON à chacune de vos rencontres.
En réalité vous aurez raison.

Aussi me suis-je donc donné pour mandat de découvrir cette mission historique de ma génération. Et sans fouiller, bêcher ni creuser, le contexte sociopolitique de notre pays m’a apporté avec une brutalité inouïe, la clarification sur cette mission historique Générationnelle.

Cette mission est celle de réussir enfin L’UNITÉ de notre Peuple, pour construire enfin une NATION camerounaise.

Pas seulement une unité territoriale et institutionnelle, mais avant tout une unité historique, politique, économique, sociale et culturelle, c’est-à-dire une unité des faiblesses et des forces, une unité des souffrances et des joies, une unité des craintes et des espérances, une unité des défaites et des victoires, une unité d’esprit et de corps, une unité des vues et des vies.

Une unité qui magnifie certes les ressemblances, mais surtout qui accepte les différences, tolère les particularismes, valorise dans l’identité collective les sous-identités individuelles et / ou communautaires.

Une unité consensuelle, parce que fruit du consensus et du compromis.

Mais le compromis ne peut résulter que du dialogue franc, lequel s’oppose à tout sectarisme, aux réflexes autocratiques et à la tendance à la roublardise.

Notre génération doit faire le choix de la vérité et de l’objectivité, de la tolérance et du pardon, de l’amour et du partage, de la justice et de la paix. Ce choix est le nôtre, il ne peut nous être volé ni dicté.

Notre génération a donc l’obligation de réussir là où ses devanciers ont lamentablement échoué. L’UNITÉ de notre Peuple n’était pas leur mission, mais l’indépendance premièrement, l’institutionnalisation de l’État deuxièmement. Et à ce sujet ils seront jugés en temps opportun par l’histoire et les Hommes. Ne leur demandons pas plus.

Souvenez-vous que la mission dont on n’est pas attributaire est une imposture. La mission dont on a pas la compétence est un crime.

Dr. Richard Makon, Enseignant chercheur à l’université de Yaoundé II, Soa.

Mais puisqu’il est impératif de réussir, la réussite de notre mission historique nous impose de dépasser nos différences politiques, idéologiques, sociales, culturelles, de même que nos sensibilités, nos inclinaisons, nos préférences et nos allégeances plurielles.

Que nous soyons du Nord, du Sud, de l’Ouest, de l’Est ou du Centre, résidant au pays ou dans la diaspora, nous devons refuser de nous laisser enregimenter dans des guerres fraticides qui ne nous concernent qu’indirectement.

Accompagnons à la retraite, dans un esprit de leadership et dans un élan de responsabilité, ces vielles générations qui ont vécu leur époque, souhaitent traverser tous les âges et s’activent comme des mauvais génies à obscurcir la nôtre et celle de nos enfants.

Chaque nuit a une fin. C’est une loi Divine !!!


Partager
  • 7
    Partages

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here