Tiriane Balbine Nadège Noah, Vice-président du Mrc
Partager

La présidente nationale par intérim du Mrc exige, par la même occasion, l’ouverture d’une enquête internationale sur les conditions et le bilan humain de l’intervention des forces de maintien de l’ordre lors des mutineries des prisons de Kodengui et de Buea. C’est la substance de la conférence de presse donnée, cet après-midi (lundi, 29 juillet 2019) au siège du Mrc à Odza.

la RTS, la radio des majors. Notre radio partenaire, fête ses 20 ans de service public

Tiriane Balbine Noah n’est pas passée par quatre chemins pour accuser le gouvernement d’avoir fait subir les formes de torture à Mamadou Mota, 1er vice-président national du Mrc arrêté dans la nuit du 22 juillet 2019 à la prison centrale de Yaoundé. C’était au cours de la mutinerie enclenchée par une pléthore de prévenus interpellés il y a deux ans dans le cadre de la crise sociopolitique qui ébranle les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. D’après la 2ème vice-présidente nationale du Mrc, “les nouvelles qui nous parviennent relatives à l’état de santé de Mamadou Mota, séquestré au Sed (Secrétariat d’Etat à la défense) ne sont pas du tout rassurantes; elles sont, d’ailleurs, très inquiétantes. Celle qui parle au nom de Maurice Kamto prend l’opinion publique nationale et internationale à témoin quant à ce qui arrive à Mamadou Yacouba Mota et à 23 autres militants du parti, qui ont été, tous, violemment enlevés de la prison centrale de Yaoundé, puis maltraités à la suite des événements de la nuit du 22 au 23 juillet 2019.

T. B. Noah fait également savoir, dans son propos liminaire, que les brutalités, les tortures et autres mauvais traitements infligés au 1er vice- président du Mrc et à ses camarades militants doivent alerter la communauté internationale sur la duplicité de Paul Biya quant à sa volonté supposée d’aller vers l’apaisement et l’organisation d’un dialogue politique inclusif et sans condition. La présidente par intérim du Mrc ajoute que “le pouvoir de Yaoundé a sombré dans une dictature féroce qui fait de tout citoyen ou de toute organisation qui réclame le respect de ses droits politiques et civiques un authentique ennemi du régime”. Elle invite les militants et sympathisants à rester debout et déterminés dans la lutte pacifique pour le changement du pays malgré le système de terreur d’Etat imposé aux populations dans les zones anglophones, aux militants du Mrc et au peuple camerounais.


Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here