Emmanuel Macron, Président français
Partager

Les réactions positives se multiplient depuis le discours prononcé par le président de la République Paul Biya, ce mardi 11 septembre 2019. Le chef de l’État a annoncé la tenue d’un dialogue national inclusif dès la fin de ce mois de septembre, afin de trouver des solutions efficientes à la crise anglophone,ainsi qu’aux nombreuses crises sécuritaires multiformes qui secouent le Cameroun. Ce jeudi 12 septembre 2019, le Gouvernement français a officiellement réagi à cette annonce, à travers une déclaration de la Porte-parole du ministère français des Affaires Étrangères. Chez nos confrères du Figaro, Agnès Von der Muhll a affirmé que le gouvernement français était satisfait de cette sortie présidentielle.

la RTS, la radio des majors. Notre radio partenaire, fête ses 20 ans de service public

Cependant, pour garantir l’efficacité et l’efficience de de ce Grand dialogue national, La France souhaite qu’il «permette une large concertation entre camerounais et ouvre la voie à une résolution de la crise dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest». En outre, renseigne la version digitale du presque bicentenaire Journal français Le Figaro, Paris «réitère sa condamnation du recours à toute forme de violence et souligne son attachement au dialogue et à la libre expression des différentes sensibilités politiques», a ajouté Agnès von der Mühll. Des recommandations qui ont été prises en compte par le Président de la République dans son adresse à la Nation. l’homme du 6 novembre a d’ailleurs précisé dans son discours, que ce dialogue national devrait rassembler des membres des mouvements politiques, de la société civile, des groupes religieux ainsi que des représentants des forces de sécurité. Sauf que, selon des experts contactés par le journal le Figaro, cette concertation nationale a peu de chances d’aboutir, si les leaders séparatistes en prison ou en exil en sont exclus.


Partager

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here