Cabral Libii, Promoteur du mouvement 11 millions de citoyens. Candidat du parti Univers
Partager

Monsieur le Secrétaire Général,

la RTS, la radio des majors. Notre radio partenaire, fête ses 20 ans de service public

Je vous prie de noter, transmettre à mes organes de base que sont le Comité Directeur de l’Upc, la Section Régionale de Matomb, les Comités de base « Engagement » de Mendong-Yaoundé, de Matomb Centre, de Pomsuhè-Lissè et m’en donner acte, que :

J’ai décidé de démissionner du parti politique de l’Union des Populations du Cameroun. Cette décision prend effet à compter de ce jour.

Depuis bientôt 25 ans, j’ai milité dans ce parti fondateur du patriotisme national et j’ai assimilé ses principes son projet national qui s’insère dans un projet africain d’Union, de Souveraineté et d’émancipation des peuples noirs. J’ai milité avec engagement et détermination m’investissant sans réserve à l’avènement de cette nation démocratique et prospère pour laquelle nos héros les plus glorieux ont accepté de mourir plutôt que de se compromettre. J’ai souhaité porter cet idéal, leur idéal en m’appropriant leurs méthodes empreintes de légalisme, de mobilisation populaire, de probité et de détermination.

Prendre donc la décision de démissionner de l’Upc n’a pas été facile pour moi. Cette démission est une déchirure personnelle, un cri de détresse pour préserver l’âme des pères du patriotisme fondateurs de l’Upc.

Mais cette décision s’impose à mon engagement et à mon ambition de poursuivre l’action politique au moment où l’Union des Populations du Cameroun se trouve incapable de faire son auto critique. Près de trente ans après le retour à la légalité, l’Upc aurait dû faire et imposer à toute la nation et même aux nouveaux partis politiques un fonctionnement qui assure cette catharsis régénératrice. Mais hélas ! Infiltrée par un militantisme calculateur et manipulé le parti se trouve embourbée dans la raque des ambitions personnelles. Sans plus de dirigeants à la hauteur du projet patriotique de ce mouvement.

Les pouvoirs publics du système postcolonial qui domine au Cameroun ont trouvé dans cette inorganisation nimbée d’ambitions personnelles, un terreau fertile pour maintenir le mouvement dans la posture saucissonnée actuelle que nous regrettons tous. Posture qui ôte toute crédibilité populaire à ce parti. Ils ont vaincu le parti en l’installant dans l’inorganisation et surtout en le confinant dans un demi-département sur une base culturelle.

Pourtant, d’importants efforts ont été investis par des militants de bonne foi, malheureusement peu nombreux au sommet du parti, pour rassembler les énergies, et reconstruire cet instrument porteur de l’influx patriotique national. Au moment de ma démission et pour l’histoire, Je voudrais revendiquer entre autres, l’initiative du rassemblement des upécistes que j’ai portée intellectuellement et donc j’ai réalisé le montage juridique en vue de la réunion du 17 janvier 2012. Cette rencontre que personne n’avait espérée a créé un espoir de rassemblement des upécistes, une notion que j’ai proposée. Malheureusement j’ai vite compris que l’Unité de l’UPC n’était pas le vrai souci du militantisme de sommet dont les tenants sont déterminés à profiter de ce parti sans égard à son projet politique et social, quitte à le voir disparaître. L’UPC est donc malade de son militantisme d’infiltrés au sommet.

Dans ce contexte, il faut non pas quitter le navire avant le naufrage, mais poser les actes historiques qui affirment et affirmeront pour l’histoire, notre désolidarisation d’un militantisme exclusif et délétère pour l’Upc. Des actes qui dessinent l’espoir d’une reprise d’initiative pour le projet nationaliste.

A l’évidence l’Upc a tenu le flambeau de l’initiative fondatrice du patriotisme camerounais. Elle est à juste titre « l’âme immortelle du peuple camerounais ». Mais cette âme a aujourd’hui besoin d’un cadre d’expression viable, expurgé de tous ces infiltrés au sommet du parti et quelque fois à la base, dont l’unique ambition est l’exploitation de la masse des militants de bonne foi qui, au prix de sacrifices énormes, quelque fois au prix de leur vie, votent, contrôlent et assurent les succès électoraux du parti, ceci, sans attendre aucune récompense ni un simple remerciement. Ces militants sont les porteurs de l’âme immortelle. Il faut protéger cette âme qu’ils portent.

Aussi, j’entends par cette démission affirmer que si l’Upc a été à n’en pas douter un mouvement idéologique d’émancipation de notre peuple, si l’Upc a su préserver l’idée des patriotes précurseurs de notre indépendance, l’Upécisme demeure l’idéologie de la souveraineté, de l’unité et de l’émancipation de la nation camerounaise. Cet upécisme est l’héritage national de nos héros et aujourd’hui, il est un patrimoine historique national que nous devons promouvoir et qui est promu du Nord au Sud de l’Est à l’Ouest, partout dans notre pays. Nous devons le sortir du confinement sectariste et régionaliste en reconnaissant que l’œuvre de nos prédécesseurs a été national, panafricain et doit le demeurer. Il ne saurait plus être confisqué dans un appareil politique, ni exploité par un militantisme de gérontocrates qui exclue la crème sociale qu’est la jeunesse camerounaise. Nul n’a plus le droit de confisquer l’Upécisme dans un appareil politique s’il ne peut pas faire de cet appareil un creuset de mutualisation des énergies en vue de sauvegarder le vrai héritage de nos précurseurs que sont Roland Felix Moumié, Ouandié Ernest, Ruben Um Nyobé, Ossendé Afana, Abel Kingué, Ndeh Ntumazah, Bobbo Hayatou… Cet héritage porte la paix, l’unité et le progrès du peuple camerounais.

C’est vers cette direction que j’entends agir pour préparer le Grand Retour non pas nécessairement de l’Upc, mais de l’UPECISME qui devra désormais être l’objet et le baromètre de l’action politique au Cameroun.

C’est pourquoi je prie ceux et celles qui ont cru en mon engagement depuis plus de 25 ans, en ma sincérité et qui crois toujours en l’upécisme, ceux qui ont souvent voté pour moi et pour l’Upc, de bien vouloir me suivre quand je changerai de trottoir, car alors aura commencé le Grand retour de l’Upécisme conquérant.


Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here