Maurice Kamto, Président du Mrc.
Partager

Parmi les personnes ayant bénéficié de cette mise en liberté, figurent un cadre du parti et des manifestants des marches nationales de la résistance au hold-up électoral lancées depuis six mois au Cameroun.
Ils sont au nombre de 20 militants qui ont été libérés sur les 57 manifestants ayant participé aux marches nationales de la résistance au hold-up électoral des 1er et 8 juin 2019 à Yaoundé. Sa Majesté Pierre Marie Biloa Effa, conseiller spécial de Maurice Kamto, Flore Mboussi, Doctorante en Droit à l’Université de Yaoundé-Soa et militante engagée du Mrc, et 18 autres ont recouvré leur liberté au parquet du Tpi. Cette remise en liberté a été faite sous la présentation des garants. En réalité, 22 auraient dû être libérés comme initialement prévu et convenu d’après des sources judiciaires. Mais, seules 20 personnes ont eu droit à cet acquis, deux militants n’ayant pas été extraits de leurs quartiers à la prison centrale de Yaoundé.
Au sortir de l’audience ayant duré plusieurs heures de temps, le conseiller spécial du Président national du Mouvement pour la renaissance du Cameroun (Mrc) a fait savoir à ses pairs réunis par grappes que le but de son combat n’est pas pour sa liberté, mais pour la libération du Cameroun de la dictature. “S’il le faut, je suis prêt à recommencer la marche”, affirme, sans ambages, Biloa Effa, conseiller municipal à la commune d’arrondissement de Yaoundé IIème. Le 12 juillet 2019, 39 militants du Mrc ont été libérés suite à une ordonnance de non-lieu prononcé par le juge d’instruction du Tribunal militaire de Yaoundé. Le conseil de défense du parti a, d’ailleurs, interjeté appel pour battre en brèche cette décision à la Cour d’appel du Centre. Balbine Tiriane Noah, 2ème vice-présidente nationale du Mrc, qui fait office de Présidente nationale, l’a annoncé le 16 juillet 2019 au cours d’une conférence de presse donnée au siège du parti à Odza.
 Après la 2ème vague de la libération des prisonniers du Mrc, ça fait 59 manifestants qui poussent un ouf de soulagement après plus de 45 jours de détention à la prison centrale de Yaoundé, où 180 militants et sympathisants du parti de M. Kamto sont encore détenus. Il s’agit du leader national du Mrc, de quelques cadres du directoire, de ses alliés politiques et de 170 militants, dont la plupart a été interpellée le 26 janvier 2019 dans la résidence de Albert Dzongang, Président national de la Dynamique, parti allié au Mrc. En rappel, la décision de justice condamnant certains manifestants du 26 janvier 2019 à un an d’emprisonnement ferme n’a jamais été rendue publique par le Tribunal de Première instance du Centre administratif du Mfoundi. Le conseil de défense a tenté, à plusieurs reprises, d’entrer en possession de ce document de justice, mais en vain. L’enjeu, pour le juge d’instruction, consiste, à coup sûr, à ne pas permettre aux avocats d’attaquer cette décision de justice à la Cour d’appel du Centre.


Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here