Le Congrès américain acclame le président français, Emmanuel Macron.
Partager

Leur entêtement suscite une interrogation : Pendant combien de temps, compte t – ils rester camper dans leur position, lorsqu’on sait que les Etats-Unis ont longtemps été, la base arrière de la plupart de leurs membres influents ?

Pas très longtemps, affirme t – on en face. Les analystes de la classe politique camerounaise croient savoir que c’est la fin de cette nébuleuse car, le vote du congrès américain épouse la volonté de la plupart des ressortissants de cette partie du Cameroun, de même que celle des modérés du gouvernement, même s’i y’a trois ans, ces derniers pensaient plus à une décentralisation accélérée avec la mise en place des conseils régionaux

la RTS, la radio des majors. Notre radio partenaire, fête ses 20 ans de service public

Vers la fin de la crise socio – sécuritaire ?

L’on est en droit de l’espérer, affirme Clothaire Abessolo, acteur politique que nous avons joint par téléphone. Il ajoute que : « La décision du Congrès américain est à saluer à plus d’un titre. Cela démontre d’abord et, c’est le plus important que les américains, contrairement à ce que certains ont laissé croire depuis quelques mois, n’a pas tourné le dos au Président de la République. Cette décision vient prouver à ceux qui sont encore sceptiques que les Etats Unis soutiennent les initiatives du régime Biya dans sa quête effrénée pour un retour à la paix chez nos frères et sœurs de ces régions… ».

Dans très peu de temps, l’on pense que cette chambre va adopter une résolution qui va consacrer une option politique afin que le gouvernement ait des coudées franches. Ce qui implique entre autres, de convaincre l’aile dure de ceux qui pensent sécession.

Certains membres du congrès américain sont déjà dans la capitale politique camerounaise et, au côté des membres du gouvernement, notamment Paul Atanga Nji, ministre de la Décentralisation, ils vont s’atteler à ce que le fédéralisme soit une réalité.


Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here