Partager

Une note française parlait de 350 décès, il y a quelques jours; un Message porté fait état de 100 corps abandonnés dans les morgues à Douala alors que le Minsante parle d’une soixantaine de morts.

la RTS, la radio des majors. Notre radio partenaire, fête ses 20 ans de service public

Le 23 avril dernier, les Conseillers du commerce extérieur de la France, par une note qui se voulait confidentielle et qui tourne désormais en boucle sur la toile, établissaient que le Cameroun comptait en ce jour là, 350 victimes suite à la pandémie du Coronavirus.
Le 24 avril, le gouverneur de la région du Littoral, par un Message porté, saisissait en urgence le Délégué régional des forêts et de la faune, suite aux instructions du chef de l’État, pour lui demander de mettre à disposition les planches nécessaires à la fabrication de 100 cercueils destinés à l’inhumation des dépouilles abandonnées, victimes d’une pandémie par les familles.
Dans la même logique, le 28 avril, le Délégué régional de la santé publique a écrit cette fois à Mr le Dg de la société Kn and Co, pour solliciter toujours des planches pour l’enterrement des mêmes dépouilles victimes du Covid-19.
A la suite de ce qui précède, un point d’ombre demeure sur le nombre exact de morts au Cameroun. Le nombre avancé par le Minsanté est si décalé des deux faits qu’on en perd le nord. Notons bien que les 100 corps ne concernent que les cas abandonnés dans une seule région du pays, moins touchée que la région du Centre! Le 23 avril, une source étrangère parlait de 350 morts au Cameroun. Il y a de toute évidence, anguille sous roche, pour ne pas dire que la vérité est escamotée quelque part. A quelles fins, serait-on fondé à se demander.

Léopold DASSI NDJIDJOU


Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici