Partager

Le consensus est, de prime abord, articulé autour des mesures urgentes à prendre. A cet effet, le ministre délégué auprès du ministre de la Justice a rassuré le barreau du Cameroun sur les instructions écrites que la chancellerie prescrira à bref délai aux procureurs généraux. Question de mettre fin aux dysfonctionnements observés dans le libre exercice de la profession d’avocat dans leurs ressorts de compétence respectifs. Les représentants du ministère de la Défense (Mindef) et du Secrétariat d’Etat à la défense (Sed), présents à cette concertation et épinglés pour des abus qui sont imputés à leurs éléments, ont, quant à eux, rassuré l’assistance sur les instructions à prescrire dans les meilleurs délais aux différents responsables des services déconcentrés dans le sens d’un strict respect des dispositions du Code de procédure pénale sur le déroulement des enquêtes judiciaires tant à l’égard des mis en cause que de leurs conseils. Il s’agit du droit, pour les suspects, de se faire assister par l’avocat de leur choix.

la RTS, la radio des majors. Notre radio partenaire, fête ses 20 ans de service public

Le Secrétariat d’Etat auprès du ministre de la Justice chargé de l’administration pénitenciaire a donné, lui aussi, les mêmes assurances relativement au droit d’accès des conseils à leurs clients détenus conformément aux dispositions du Code de procédure pénale.

Sur les mesures à moyen et à long terme, il a été retenu qu’elles découleront d’une réflexion plus approfondie dans le cadre d’un groupe de travail as hoc à mettre en place dans les meilleurs délais, et dont les membres seront désignés par les différentes administrations publiques concernées et le barreau du Cameroun. Au terme de ces échanges, le Bâtonnier de l’ordre des avocats, Me Charles Tchakoute Patie, a exprimé sa gratitude à l’égard du patron du département de la Justice pour l’initiative liée à la séance de travail, dont le mérite, dit-il, aura été celui du dialogue participatif nécessaire au bon fonctionnement du service public de la justice.

Jean de Dieu Momo, ministre délégué auprès du ministre de la Justice, garde des sceaux, a, au demeurant, émis le voeu de voir le conseil de l’ordre reconsidérer son mot d’ordre de suspension, du 16 au 20 septembre 2019, du port de la robe et de la Non- fréquentation des cours et tribunaux sur toute l’étendue du triangle national. Les concertations que le barreau entamera dans les prochains jours avec d’autres administrations publiques, lesquelles sont fustigées dans le document d’annonce de la grève rendu public en début de semaine permettront de savoir si l’opération Tribunal mort sera alors suspendu.


Partager

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here