Paul Biya et Peter Tibor Nagy et Peter Henry Barlerin; le cadeau empoisonné des États unis au vieux aveugle et naïf.
Partager
  • 111
    Partages

Le sujet a été discuté par les deux hommes pendant plus d’une demi heure sur les 50 minutes qu’ont duré le tête-à-tête. Le diplomate a commencé par demander au vieux dictateur de libérer Maurice Kamto, de résoudre au plus vite la crise anglophone, avant d’attaquer le plat de résistence. C’est à dire la question de la retraite du vieux. Selon notre source, Peter Tibor Nagy a commencé traditionnellement par des questions plus ou moins classiques comme la coorpération économique et militaire. Ils ont entre autre traité de la question de l’emploi jeune et de développement; “avant d’évoquer l’affaire Kamto, la Crise anglophone et le départ du vieux naïf qui se fait tromper tous les jours et par tout le monde.“, ironise notre source!

la RTS, la radio des majors. Notre radio partenaire, fête ses 20 ans de service public

Pour boucler la boucle, une vieille photo de Georges Bush père en compagnie de Paul Biya a été remise au vieux tyran dans un tableau bien soigné. Une photo prise à l’époque des clichés noirs et blancs. C’est à dire une lointaine époque dans l’histoire des Etats-unis. Pour mémoire, Georges Bush en photo avec Paul Biya est mort il y a quelques mois des suites d’une longue maladie. Après Bush père, les Etats-unis ont déjà vu défiler 3 présidents et sont à leur 4ème chef de l’Etat, alors que Biya est toujours là.

En effet, Bill Richardson avait remis au maréchal Mobutu dictateur

Paul Biya et Tibor Nagy en pleines discussion au Palais de l’Unité.

zaïrois, le même genre de cadeau. 6 mois après l’entrevue de Mobutu et Bill Richardson, Mobutu avait dû fuir Kinshasa comme un bonobo des forêts du bassin du Congo. ce même scénario arrivera très certainement avec le président dictateur à vie du cameroun. L’histoire pouvant begaiyer au grand dam du clan au pouvoir.

D’après notre source “le secrétaire d’État a présenté devant Biya le même genre de rire narquois qu’avait affiché Bill Richardson lors de son échange de cadeau avec Mobutu, roi du Zaïre.

Ce dictateur de qui, les observateurs qui ont vécu ses derniers jours à la tête du Zaïre, recensent pleins de similtudes dans le comportement avec celui de Paul Biya ces derniers temps, dont beaucoup qualifient des dernières heures du vieux dictateur à la tête du Cameroun. Comme le roi du Zaïre, le roi du Cameroun passe plus de temps dans son village à Mvomeka qu’au palais présidentiel. Il est sans merci contre toute personne qui tente de lorgner son pouvoir ou sa femme. Mais surtout donne l’impression de se montrer fort devant l’occident qu’il a loué hier, quand tout l’arrangeait. On se souvient qu’il se présentait d’ailleurs comme le meilleur élève de l’Elysée.

Le sous secrétaire d’État américain chargé des affaires africaines est il venu demander au dictateur Biya de laisser le pouvoir? on ne pourra répondre à cette question que par l’affirmative en voyant le cadeau offert au dictateur par l’américain lors des échanges de cadeaux. Traduction du cadeau: “Biya ce n’est plus ton temps. Ta place c’est à la retraite comme Georges Bush père qui est même déjà mort.”

Paul Biya et Tibor Nagy, coup de main froid entre deux hommes d’État.

Les Etats-unis pouvaient bien retrouver la photo de Paul Biya avec Barack Obama qui a lui aussi reçu Paul Biya, ou même Georges Bush fils qui, lui, est encore vivant et qui devrait très probablement avoir encore une photo en couleur avec le locataire d’Etoudi.

Le vieux peut-il résisiter aux Etats-unis qui n’est pas à sa prémière injonction? la réponse c’est non. Et s’il refuse de partir dans la paix, c’est qu’il n’aime pas le Cameroun, encore moins le peuple camerounais. Car objectivement, Les occidentaux détestent les présidents africains qui les désobeissent. Et très souvent, c’est le peuple qui paie la fronde de leur dictateur de son sang.

Avant d’en arriver là, n’oublions pas que les Etats-unis c’est un membre très influent du conseil de sécurité de l’Onu. Et peut à tout moment convoquer cet instrument majeur de la politique mondiale pour obtenir des sanctions sévères contre le Cameroun.

Réné Emmanuel Sadi, Ministre de la Communication du Cameroun, porte parole du gouvernement.

Il faut aussi souligner qu’en dehors dudit conseil, les Etats-unis peuvent personnellement comme on a vu avec le Vénézuéla, l’Iran ou la Corée du Nord, prendre certaines sanctions économiques contre les autorités camerounaises (interdiction de visas aux faucons du régime qui se seraient rendu coupable de certains faits, gel de leurs avoirs, etc.) d’abord. Puis contre le Cameroun tout entier (annulation de certain aide, Embargo, etc.). Ceci ne sera que le moindre mal.

Pour aller plus loin, ces pays occidentaux ont la capacité de mettre à feu et à sang tout pays “discident”, comme ils aiment désigner le styl de pays que le Cameroun est entrain de devenir. On se souvient du cas Khadafi que nous avons tous applaudi et on sait comment il a fini; comme Saddam Hussein ou tout récemment Laurent Gbagbo, pour ne citer que ceux-ci.

Iliassou Chirac Kpoumié, Journaliste Editorialiste –Directeur de publication Panorama papers.

En rappel, l’actuel ambassadeur des Etats-unis à Yaoundé avait déjà demandé à M. Biya de Libérer le plancher et d’aller se reposer. Il avait été convoqué par le Ministre des relations extérieures du Cameroun. Cette fois, rien ne dit que ce n’est pas personnellement l’homme fort de washington qui aurait envoyé le M. Afrique de la Maison blanche avec un message qu’il aura bien délivré au vu de son humeur à la sortie de sa rencontre avec le vieux tyran de Yaoundé, au pouvoir depuis 37 ans.


Partager
  • 111
    Partages

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here