Me. Simh, Okala Ebodé et des militants du Mrc dans un vécule de la police... Image Archives-
Partager

Elles affirment toutes avoir été torturées sauvagement en ce lieu et disent que d’autres personnes y sont encore détenues. Faute d’un refoulement systématique aux portes du Sed, les avocats n’ont pu avoir accès aux autres détenus du Sed.

la RTS, la radio des majors. Notre radio partenaire, fête ses 20 ans de service public

Rendus au Commissariat Central des Renseignements Généraux de Yaoundé-Nlongkak, le chef de cette unité (services de renseignements) était absent. Impossible donc pour les avocats et nous de nous renseigner mais le personnel présent nous informe que les personnes arrêtées sont dispatchées dans les cellules du Commissariat central nro 1, commissariat du 10ème arrondissement de Yaoundé, de celui du 1er , du 3ème, et au Sed.

Les accès étant refusés dans la plupart de ces commissariats aux avocats les informations demeurent parcellaires et approximatives. Une autre certitude en plus des quelques libérés du Sed, il est acquis après vérification des avocats au Commissariat du 3ème arrondissement de Yaoundé, celui-ci ayant exceptionnellement autorisé les avocats à accéder à ses geôles… Il est acquis que ceux y det nus ne restent plus qu’au nombre de 8. Les autres ont tous été libérés. Il faut souligner que le motif du maintien en détention qui leur a été servi est le fait qu’ils sont tous originaires et résidants de la Région Ouest du Cameroun. Ceci rappelle une méthode déjà usitée par les forces de l’ordre dans la constitution des accusés finalement poursuivis suite aux marches blanches du 26 janvier 2019. En effet après arrestation d’environ 150 personnes à Yaoundé, un tri au faciès et fondé sur les origines tribales permettra d’établir un listing majoritairement constitué d’originaires de l’ouest, afin de donner l’impression que seul les ressortissants de cette région étaient les soutiens exclusifs ou majoritaires du Mrc et du Président élu Maurice Kamto. L’idée étant de ”construire” arbitrairement l’image d’un Mrc parti régional, voire tribal ou ethnique, alors qu’à la vérité il s’agit d’un parti nationalement implanté et constitué.

Au final l’espoir des avocats demeure dans le fait que la semaine et les jours ouvrables arrivants, qu’il leur soit moins compliqué d’exercer leur travail. Pour toutes ces raisons, les chiffres sont encore non consolidés sur le nombre de personnes libérées et celles maintenues encore en détention…


Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here