Paul Biya, de plus en plus fragilisé par le poids de la vieillesse. Le vieux ne tiendrait plus le bon bout.
Partager
  • 10
    Partages

Un collège de 204 avocats est constitué au Cameroun et à l’étranger pour défendre Matrice Kamto, ses alliés politiques et 148 militants et sympathisants arrêtés le 26 janvier 2019 dans le cadre des manifestations de la marche blanche tenues dans différentes villes camerounaises. Parmi les membres du conseil de défense occidental arrivés le 15 mars 2019 pour s’imprégner de l’affaire de l’arrestation du président national du Mrc et Cie, figurent Me Dupont-Moretti et Me Antoine Veil. Accompagnés d’une vingtaine d’avocats nationaux, à l’instar de Emmanuel Simh, Sylvain Souop et Hypolite Meli, ces avocats associés ont décliné leur position sur l’interpellation de plus d’une centaine de personnes. Au premier abord, Dupont-Moretti a débusqué une curiosité, en l’occurrence celle relative au fait que le procureur du Tribunal militaire n’a aucune connaissance du contentieux opposant M. Kamto à l’État du Cameroun. Heureusement qu’en sortant du bureau de ce procureur, le hasard a voulu qu’il rencontre le juge d’instruction. A cause de cet état de choses, Moretti et son Veil envisagent de déposer, à nouveau, une nouvelle requête dans l’intention de solliciter la liberté provisoire du leader du Mrc et des personnes arrêtées.

la RTS, la radio des majors. Notre radio partenaire, fête ses 20 ans de service public

D’autres démarches vont être, dans le même sillage, entamées à l’interne dans le dessein de solliciter la rencontre entre Paul Biya et Maurice Kamto. A loternational, des instances supra nationales, telles que l’Onu seront des cadres où vont être exposés le cas Maurice Kamto, ses alliés politiques et ses militants et sympathisants arrêtés depuis près d’une cinquantaine de jours et écroués à la prison centrale et principale de Yaoundé.

Affaire Kamto et Cie : procès politique ou procès de droit commun ?

Au cours de cet échange avec la presse nationale et internationale, la question qui est revenue à trois reprises est celle de savoir si l’affaire du président national du Mrc s’est muée en un procès politique ce d’autant plus que cette perche a été, dès le départ, tendue par le porte-parole de Maurice Kamto, Olivier Bibou Nissack, qui, lui aussi, postule, a priori, la thèse d’un procès politique. Toute chose que bat en brèche Moretti, dont voici les clarifications : “La règle de droit n’a pas d’appartenance politique. Nous n’avons pas besoin de savoir qu’il y a des pro-Kamto ou s’il y a des pro-Biya”. Antoine Veil a, dans la même veine, emboîté le pas à son collègue en faisant savoir aux journalistes que seuls les faits intéressent les avocats et non l’opinion qui est politique ou non. “Nous nous intéressons à la règle de droit et non à des appréhensions politiques comme le pensent les observateurs que vous êtes”, conclut Antoine Veil.


Partager
  • 10
    Partages

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here