Maurice Kamto, Président du Mrc.
Partager

Des contingents de bidasses étaient postés à toutes les entrées du palais de justice. Des activistes ont été, durant cet après-midi, tenus en respect et à distance. Aucune mouche ne passait et repassait.  Même des leaders politiques de l’opposition qui se sont rendus au Tribunal de grande instance du Centre administratif du Mfoundi ce jour pnt été obstrués aux alentours du palais de justice. Mamadou Mota, 1er vice-président national du Mrc, Alice Sadio, présidente nationale de l’Alliance des forces progressistes(Afp), Edith Kah Walla, leader nationale du Cameroon people’s party(Cpp) n’ont pu avoir accès à ce procès finalement renvoyé au 7 mars 2019 après près de deux heures d’audition de Maurice Kamto en début d’après-midi. Histoire de connaître la sentence du délibéré qui sera prononcé ce jour-là. Les plaidoiries en habeas corpus se sont poursuivies jusque tard dans la soiree concernant les cas de Christian Penda Ekoka, Celestin Djamen, Alain Fogue, Valsero, Albert Dzongang et Guy Laurent Kouam. A chaque fois que le président national du Mrc se présentait à distance de la foule de militants et sympathisants, il a été ovationné.

la RTS, la radio des majors. Notre radio partenaire, fête ses 20 ans de service public

Un peu plus tôt, l’audition de Michèle Ndoki s’est déroulée en présence des avocats de la défense au rang desquels figure Me Hyppolite Meli. La présidente nationale du collectif “Stand up for Cameroon”, E. Kah Walla, la présidente nationale de l’Afp et une dizaine d’acteurs politiques ont tenté, en vain, de rendre visite à Michèle Ndoki. Le commandant du Gso(Groupement spécial d’opérations) leur a fait savoir, cette fin de matinée, que La présidente du Cpp et ses congénères ne figurent pas sur la liste des personnes autorisées à rendre visite à la vice-présidente nationale du Mrc. Occasion opportune, pour Thierry Njifen, un cadre du parti de Kah Walla, se poser la question de savoir si la liste des individus dûment autorisés à voir Ndoki est mystique. Le commandant du Gso leur a, purement et simplement, dit qu’il exécute les ordres de la haute autorité de l’État. En rappel, c’est hier(jeudi, 27 février 2019) que M. Ndoki a été retrouvée verq 1h du matin dans une cellule du Gso, où était internée Maurice Kamto il y a quelques semaines. C’est grâce à Me Emmanuel Simh, 3eme vice-président national du Mrc et avocat au barreau du Cameroun, qui s’est investi durant toute la journée à retrouver sa camarade politique que celle-ci a pu le palper cette nuit.


Partager

2 Commentaires

  1. Votre site ni plus ni moins est une plateforme scandaleusement partiale.
    On a pas besoin de se poser la question, pendant longtemps, pourqui vous roulez ?
    Le Cameroun ne se limite pas à un seul parti politique,celui de kamto qui de surcroît a été proprement battu aux élections presidentielles d’octobre 2018. Et un parti politique qui promeut le tribalisme et l’ethno-fasciste et le supremacisme tribal.
    Les Camerounais vaquent à leur objectif de développement et se moque du vent nihiliste distillé ici ou là
    Le Cameroun a ses institutions et ses lois.
    Ce kamto ne l’a-t-il pas reconnu en allant aux élections ?
    Ce kamto ne l’a-t-il pas reconnu en contestant le verdic du scrutin devant le conseil constitutionnel ?
    D’où vient-il qu’après tout cela ,il argue d’une pseudo manifestation pacifique pour contester l’autorité de la chose jugée ?
    En France pouvez-vous nous donner des exemples de cette démarche ? La France a-t-elle toléré le terrorisme Corse défiant ses institutions et ses lois, par des nationalistes Corses ,utilisant la violence ? Non.
    Le parti de kamto soutient des bandes de voyous et délinquants Camerounais de France qui cassent l’Ambassade de PARIS.
    Le parti de kamto soutien des gens qui appellent au meurtre d’autres tribus à l’instar des BULU.
    Votre site ferait mieux de rendre compte de tout et non d’être une tribune Pro-kamto qui n’a aucune aura sur tout le territoire Camerounais.
    Pour gagner les élections au Cameroun. Il faut compter avec les 10 provinces du Cameroun.
    Un quartier de Douala ni une ville de Bafoussam ne sauraient suffire ?
    Qui se moque de qui ?
    Que vous soyez un relais de kamto,c’est votre choix libre.
    Mais l’immense majorité du peuple Camerounais ne se laissera distraire par des imposteurs et de haineux apprentis charlatans.

    Mr. EYADA
    PARIS
    Un Patriote déterminé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here