Edgar Alain Mebe Ngo'o, Ex-mintransport
Partager
  • 5
    Partages

Dans l’extrait sonore de 3,5 minutes qui circule ces jours ci sur internet, Mengue Kili, alors maire de l’arrondissement de Zoetele, dans le département du Dja Elobo région du Sud, explique comment elle a été injurié et frappée par une bande de dix voyous envoyé par Mebe Ngo’o, alors ministre de la défense en 2013. Elle raconte que la scène a lieu devant le poste de police de Zoetele. La quinquagénaire est brutalement tirée de son véhicule, insultée en public et battue sous le regard impuissant des policiers ne pouvant s’opposer aux personnes travaillant pour le puissant Mebe Ngo’o, alors pressenti comme étant le dauphin de Paul Biya. Prenant à témoins l’opinion nationale, le maire de Zoetele dit que sa vie ainsi que celle de ses administrés sont en danger, à cause d’un gang de malfrats armés, mis sur pieds par ministre : « Le ministre Alain Mebe Ngo’o qui est un monsieur haut placé, au lieu de recruter les jeunes de son arrondissement, tout ce qu’il peut faire pour eux, c’est de les transformer en assassins ? Est-ce que c’est de cela que cet arrondissement doit avoir comme récompense, avec tous les ministres que le chef de l’Etat nous donne » déplore-t-elle. Ecoutez en intégralité ledit enregistrement ci-dessous.

Pauline Mangue Nkili, Maire de Zoétélé
la RTS, la radio des majors. Notre radio partenaire, fête ses 20 ans de service public

La diffusion de cet extrait sonore, intervient au moment où l’ancien ministre des transports du Cameroun, est au centre d’un scandale de flagellation de journaliste. Samedi dernier au lendemain du dernier réaménagement ministériel par lequel Mebe Ngo’o a été limogé, Caristan Isseri, journaliste au quotidien privé Le Jour, s’est rendu domicile du ministre déchu au quartier Odza au sud de la capitale, pour réaliser un reportage sur l’état d’esprit dans cette résidence digne d’une forteresse. Mais après s’être présenté aux policiers chargés de la sécurité des lieux, le jeune journaliste est bastonné, ridiculisé, menacé avec une arme placée à la tempe, et mis dans une cage pour chien. C’est après trois jours passé au centre des urgences de Yaoundé que le journaliste a retrouvé sa santé.


Partager
  • 5
    Partages

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here