Les membres du bureau Snjc du Littoral.
Partager

Communiqué du Snjc

la RTS, la radio des majors. Notre radio partenaire, fête ses 20 ans de service public

En date du mercredi 31 juillet 2019, Guy Modeste Dzudie, journaliste au quotidien Le Messager a été interpellé, menotté et retenu pendant plusieurs heures dans une brigade de gendarmerie de Bafoussam.
Il lui était reproché des faits de « diffamation et de diffusion d’images » sans preuve à l’endroit d’un greffier adjoint en service au secrétariat du Procureur de la République près des tribunaux de Bafoussam.
Des recoupements effectués par le Snjc auprès des autorités policières et des témoins de l’affaire indiquent que le nommé Illiassou Meiwada Samaïla, greffier concerné, poursuivait notre confrère pour un litige foncier qui leur oppose par personnes interposées depuis quelques temps.
Guy Modeste Dzudie a depuis lors saisi le Secrétariat d’Etat à la Défense et le Ministère de la Justice pour dénoncer la violation de ses droits et les multiples menaces dont il fait l’objet depuis le déclenchement de l’affaire.
Le Syndicat National des Journalistes du Cameroun dénonce les assauts répétés des autorités judiciaires et policières de Bafoussam sur son membre pour des motifs fallacieux de diffamation et de diffusion d’images, alors que le vrai mobile est connu.
Le Snjc interpelle la hiérarchie de la justice et de la gendarmerie sur les menaces que subissent Guy Modeste Dzudie et tous les journalistes ayant commis le moindre article sur cette affaire.
Le syndicat se réserve le droit de se constituer partie civile et engager des poursuites contre les sus-indiqués au cas où ses membres continueront à être inquiétés.

Fait à Douala, le 05 septembre 2019


Partager

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here