© Icon Sport
Partager

On ignore si Neymar Jr, depuis qu’il a posé ses valises à Paris, a découvert la langue de Michel Audiard. Mais l’attaquant du PSG pourrait sans doute confirmer à l’heure actuelle que, c’est bien connu, “les emmerdes, ça vole toujours en escadrille” (*).

la RTS, la radio des majors. Notre radio partenaire, fête ses 20 ans de service public

Il paraît que la star brésilienne n’est plus indispensable à son club : voilà une raison de plus de ne pas retenir l’attaquant auriverde, dont la suspension de trois matches a été confirmée mercredi en appel par la commission de discipline de l’UEFA. Cette sanction avait été prononcée suite aux insultes proférées par le joueur sur les réseaux sociaux à l’égard de l’arbitre après la nouvelle élimination cette saison du club de la capitale dès les 8e de finale de la Ligue des champions face à Man Utd (2-0, 1-3).

Neymar, qui a d’autres ennuis en ce moment, n’était pas présent mardi lors de l’examen de son dossier par l’instance européenne. Cette décision promet en tout cas d’impacter le début de saison du joueur, puisqu’il sera suspendu lors des trois premiers matches de la phase de groupes de la C1. Une réalité qui vaudra à Paris ou ailleurs…

Une dette de 16 M€ au fisc

Actuellement au Brésil, où il continue à faire aux accusations de viol de Najila Trindade, l’ancien Barcelonais soigne sa cheville droite, blessée à la veille de l’ouverture de la Copa America, organisée cette année par son pays. Mais il est aussi rattrapé par l’administration fiscale, qui continue de lui réclame quelques seize millions d’euros…

Le quotidien à gros tirage Folha de Sao Paulo, propriété d’un conglomérat qui possède également le plus grand portail Internet du Brésil, a révélé, sur la base d’une décision judiciaire, que le fisc aurait gelé pas moins de 36 propriétés détenues par Neymar sur tout le territoire national entre plusieurs dizaines d’hôtels particuliers et autre biens immobiliers en tout genre. L’information, si elle n’a pas été confirmée par l’administration, empêcherait en l’état la vente des propriétés en question, mais pas leur utilisation par Neymar.

Ces seize millions d’euros (ou 69 M de reias brésiliens) correspondent aux arriérés d’impôts réclamé à l’ancien prodige de Santos suite à son transfert au Barça en 2013.


Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here