© Fournis par SLATE Aggie Lal lors de son tour sponsorisé en Arabie saoudite | Gateway KSA via Instagram
Partager

Ils ont été nombreux à dénoncer une opération de propagande, et encore plus nombreux à s’émerveiller: c’est ce qu’il se passe quand une influenceuse Instagram avec plus de 876.000 abonnés vient faire des shootings en Arabie saoudite aux frais du prince.

la RTS, la radio des majors. Notre radio partenaire, fête ses 20 ans de service public

Au printemps dernier, Aggie Lal, recevait une invitation officielle pour une tournée de dix jours dans le pays, organisée par Gateway Ksa, un programme dirigé par le prince Turki al-Faisal, ancien directeur de l’Agence saoudienne de renseignements et ex-ambassadeur aux États-Unis.

Une dignité instagramable

Un échange de bons procédés qui peut surprendre: dans un pays où les couples non mariés peuvent faire l’objet d’une arrestation et où la police religieuse veille au maintien de bonnes mœurs à l’acception très restreinte, l’influenceuse basée à Los Angeles, connue pour ses photos de voyageuse en maillot de bain, s’est retrouvée à poser dans le désert de Madâin Sâlih, tête découverte aux côtés d’un homme torse nu et de gros quatre-quatre tournoyant dans le sable.

View this post on Instagram

There was a language in the world that everyone understood. It was the language of enthusiasm, of things accomplished with love and purpose, and as part of a search for something believed in and desired 💫 #TheAlchemist ::::: It’s been forever since I was in the flow of creativity so deep, this entire week has felt like a one long moment of ‘now’. I owe it to the talent (& humor) of @moliverallen who together with @seapea.vibes and myself created some incredible moments (& photos) together like this one here. Moment I will remember forever! Thanks boys for your drive & wiping my tears sometimes haha ::::: Photo idea: me 😌 Photo by: @seapea.vibes Photo edit: @moliverallen using his presets 💪🏻 #dreamteam :::: Please note that the sites of Madain Saleh are currently closed to the public whilst the Royal Commission develops the area to allow for future tourism. I received an official invitation allowing me to film and document these sites to share it with you. #DiscoverAlUla #LivingMuseum #AlUla @gatewayksa #saudi #saudiarabia #stars #nightphotography

A post shared by TRAVEL IN HER SHOES (@aggie) on

Alors que le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, couplé à la guerre au Yémen, ont nettement endommagé le travail de communication aux allures modernistes sinon progressistes amorcé par le prince héritier Mohammed ben Salman, ce type d’images, destinées à un public occidental, permet de présenter une face plus amène du pays.

Tandis que l’Arabie saoudite envisage ce mois-ci pour la première fois de délivrer des visas de tourisme à des personnes étrangères, le royaume n’a pas tant tergiversé pour accueillir à bras ouverts plusieurs célébrités. Fin 2018, c’est David Guetta qui était invité pour donner un concert lors d’un festival de courses automobiles, aux côtés des Black Eyed Peas, de OneRepublic et d’Enrique Iglesias –le DJ avait alors été critiqué pour son hommage musical au roi Salman bin Abdulaziz Al Saud.

Une nouvelle narration pour l’Arabie saoudite

Gateway KSA est né quant à lui il y a deux ans, à la suite d’une rencontre entre le prince Turki al-Faisal et l’influenceuse sportive australo-néerlandaise Nelleke Van Zandvoort Quispel, qui avait visité le pays un peu plus tôt.

Le programme est présenté comme étant dédié aux «influenceurs, aux décideurs et aux dirigeants de demain. Des jeunes hommes et des jeunes femmes qui peuvent voir au-delà des gros titres et des tweets pour imaginer et façonner ensemble un avenir d’ouverture, de collaboration et d’innovation». Autrement dit, il cherche à produire de nouveaux discours sur l’Arabie saoudite en utilisant la puissance de communication des réseaux sociaux, tout en jouant la carte des «médias occidentaux biaisés».

Alors que le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, couplé à la guerre au Yémen, ont nettement endommagé le travail de communication aux allures modernistes sinon progressistes amorcé par le prince héritier Mohammed ben Salman, ce type d’images, destinées à un public occidental, permet de présenter une face plus amène du pays. Tandis que l’Arabie saoudite envisage ce mois-ci pour la première fois de délivrer des visas de tourisme à des personnes étrangères, le royaume n’a pas tant tergiversé pour accueillir à bras ouverts plusieurs célébrités. Fin 2018, c’est David Guetta qui était invité pour donner un concert lors d’un festival de courses automobiles, aux côtés des Black Eyed Peas, de OneRepublic et d’Enrique Iglesias –le Dj avait alors été critiqué pour son hommage musical au roi Salman bin Abdulaziz Al Saud.

Une nouvelle narration pour l’Arabie saoudite Gateway KSA est né quant à lui il y a deux ans, à la suite d’une rencontre entre le prince Turki al-Faisal et l’influenceuse sportive australo-néerlandaise Nelleke Van Zandvoort Quispel, qui avait visité le pays un peu plus tôt. Le programme est présenté comme étant dédié aux «influenceurs, aux décideurs et aux dirigeants de demain. Des jeunes hommes et des jeunes femmes qui peuvent voir au-delà des gros titres et des tweets pour imaginer et façonner ensemble un avenir d’ouverture, de collaboration et d’innovation». Autrement dit, il cherche à produire de nouveaux discours sur l’Arabie saoudite en utilisant la puissance de communication des réseaux sociaux, tout en jouant la carte des «médias occidentaux biaisés».


Partager

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here