PARTAGER
Samuel Eto'o et Ahmad Ahmad au palais de l'unité.

“Quand nous avons observé qu’il y avait duplicité de langage entre ce que la commission disait et le rapport que le gouvernement camerounais donnait au chef de l’État. Nous avons demandé une audience au chef de l’État, audience où nous lui avons transmis l’état d’avancement réel des travaux”, déclare le vice-président de la Caf.  “Nous étions obligés de solliciter cette audience malgré les élections présidentielles, car la situation était alarmante, le Président camerounais se faisait berner par son entourage”, poursuit-il.

Ensuite, il fait une confidence fracassante: “Vu la vidéo de l’état réel d’avancement des travaux que nous avons montré au Président Biya, il savait que l’organisation serait retirée au Cameroun”. Et boum! Ce qui veut dire que toutes les déclarations d’Ahmad Ahmad faisant croire à la sortie de l’audience du palais de Yaoundé, que la Caf n’avait pas de plan B et que le Cameroun allait organiser la Can,  n’étaient que de la campagne électorale pour le candidat Paul Biya, à cinq jours du scrutin présidentiel. Un coup monté avec la complicité de Samuel Eto’o qui, au lieu de se contenter de l’aspect de l’organisation de la Can, avait lancé qu’il allait voter pour Paul Biya.

Selon les déclarations du vice-Président de la Caf Constant Omari, le comité exécutif de l’instance faîtière du Football africain était déjà en position de retirer la Can au Cameroun lors de son congrès tenu au mois de septembre à Sharm El Sheikh, en Égypte, du fait du retard considérable constaté sur l’avancement des travaux de construction des infrastructures. Le comité  avait  décidé de ne pas sévir mais plutôt décidé d’aller rencontrer le Chef de l’État Camerounais son  Paul Barthélemy Biya. Mais en réalité, c’est Samuel Eto’o qui, avec la complicité du secrétariat général à la présidence de la république et du cabinet civil, sera la cheville ouvrière et  organisera le voyage  d’Ahmad Ahmad au Cameroun pour booster la popularité en berne de Paul Biya.

Néanmoins, Ahmad Ahmad avait présenté à  Paul Biya  le tableau réel de la situation sur le terrain qui n’avait rien à voir avec ce qui était contenu dans les rapports que lui soumettaient ses collaborateurs. Et, dans ces conditions, il était acté que le Cameroun ne pourrait pas être prêt pour la Can. Mais pendant cette audience le Président Biya n’a fait que réitérer à Ahmad Ahmad et sa délégation  que le “Cameroun serait prêt le jour dit”.

Cependant  rien n’a été fait. Au moment du retrait officiel de la Can au Cameroun le 30 novembre 2018, le taux de réalisation des travaux dans les chantiers  étaient à peine à 55%. Aucun site n’était prêt. Paul Biya ,  Samuel Eto’o et le ministre des Sports étaient donc bien informés que le Cameroun ne pourrait pas organiser la Can 2019. Ils avaient déjà prévu de décalage de la compétition en 2021 au détriment de la Côte d’Ivoire. Ils ont menti aux Camerounais et ont utilisé la Caf pour leur campagne électorale. Et c’est ce qui est grave. Très grave, que la Caf serve des intérêts politiques pour le maitien au pouvoir d’une dictature .

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here