PARTAGER
Ivory Coast's President Alassane Ouattara (C) speaks at the presidential palace during a May Day rally on May 1, 2017 in Abidjan. / AFP PHOTO / ISSOUF SANOGO

Une note de la direction des douanes ivoirienne qui met en avant-garde la face visible de l’iceberg. Dans une note de la direction des douanes transmise à PanoramPapers dimanche 2 décembre 2018, la douane ivoirienne s’inquiète. La Côte d’Ivoire ne va peut-être pas aussi bien que veulent le faire croire ses dirigeants.

Le pays est confronté à de très grosses tensions de trésorerie, selon une note adressée par la direction générale de la Douane ivoirienne à tous ses services.
L’État confronté à des problèmes de trésorerie.

En dépit des records de performances financières annoncées par les autorités de Côte d’Ivoire, la ceinture financière est en réalité serrée jusqu’à son maximum.

L’État de Côte d’Ivoire a visiblement du mal à boucler ses fins de mois. Pour preuve, il a été demandé aux différentes régies d’accélérer le recouvrement des fonds. C’est à cet effet que la direction générale de la douane a diffusé une note d’information auprès de ses services chargés du recouvrement des droits et taxes.

Note de la douane ivoirienne transmise à Panorama Papers.

« En vue de la mobilisation des recettes et compte tenu des tensions de trésorerie, j’ai l’honneur de faire connaitre à l’ensemble du service et des usagers que toutes les liquidations du mois de novembre devront impérativement être payées au plus tard le 30 novembre 2018 », affirme le colonel Pierre Alphonse, directeur de la douane.

Cette note précise que « les liquidations qui seront émises entre le 25 décembre et le 31 décembre 2018 devront impérativement être payées le 31 décembre 2018 au plus tard ».

« Les commissionnaires en douane agréés sont donc invités à prendre toutes les dispositions utiles en vue de respecter les disposions » de la note qui leur est adressée par la direction de la douane ivoirienne.

L’inquiétude gagne forcément les esprits lorsqu’on connait l’importance de la douane dans le renflouement des caisses de l’État de Côte d’Ivoire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here