PARTAGER
Maybelle Boma, lors d'une soirée de collecte de fonds à New-York; pour la construction des écoles et centres de santé au Cameroun.

L’une de ses grandes batailles, c’est la libération du Cameroun des mains du régime actuel. Mais avant cette libération, “il est impératif que la paix revienne dans toutes les parties du pays, que les enfants partent à l’école, se soignent et que les femmes ne meureut plus en donnant la vie.”

Ce qui radicalise la positon de Maybelle Boma et renforce son activisme, c’est la crise anglphone et les jeunes qui sont vendus comme exclaves parcequ’ils tentent de rejoindre l’Occident. “Je ne peux pas condamner ces jeunes. La faute c’est à nos dirigeants, car, si tous ces jeunes étaient à l’aise chez eux, ils ne partiraient pas chercher mieux ailleurs pour se faire piéger de la sorte. Dans les rangs de ces émigrants, il y a essentiellement les originaires de l’Afrique centrale en majorité, en dehors de la Guinée équatoriale ou du Gabon dans une certaine mesure! C’est tout dire.”

Bien qu’étant originaire de la partie anglophone du pays, Maybelle Boma n’épouse pas l’idée de la sécession et est foncièrement opposée à la lutte armée qui a cours dans cette partie du pays. Son activisme n’est donc pas seulement pour supporter la cause anglophone. Elle se bat pour le bien être de tous les camerounais sans distinction, et plus particulièrement pour les femmes et les enfants.

Maybelle Boma, prête à affronter une soirée de gospel.

Maybelle Boma a commencé dans ses début comme une blogueuse normale avant d’être piqué par le virus de la promotion de la justice et de la paix sociale. A la naissance du mouvement “Now” de Me. Akere Muna, elle n’hésite pas à adhérer lorsque qu’il est mis sur pieds. “Je brûlais d’envie de m’exprimer, mais il me manquait un cadre bien structuré et légal. Raison pour laquelle j’ai sauté très vite dans le mouvement Now.”

C’est une militante de la première heure du mouvement de Me. Akere Muna. Un tout jeune parti politique; si ce n’est le plus jeune de la scène camerounaise actuelle. Dans une autre vie, elle est une mordue du Gospel et a obtenu plusieurs awards comme choriste. “J’aime le gospel parce que c’est l’une des activitées qui me rapproche du seigneur“.

Maybelle Boma, lauréate aux awards de “Afrika Brave Inc.” Lauréate.

Avec pour maître mots, le pardon, la tolértence et la paix; elle croit à la reconciliation. Et pense que le Cameroun peut se porter “beaucoup mieux s’il avait un vrai exécutif à sa tête! Un président moins égoïste et plus soucieux de l’intérêt général du peuple.”

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here