PARTAGER
Clinique Farad de Marcony. Une mauvaise destination

Marcel Gossio, Abouo N’Dori Raymond et Abou Drahamane Sangaré ont perdu la vie dans cet hôpital en moins de deux moins. Il faut le dire tout net cette vérité bien que cela peut être choquant, blessant et même ternir l’image de marque qu’avait cette clinique dès son ouverture.

La chose la plus remarquable ici est qu’à l’instar de 2 mois deux illustres personnalités de notre pays en général et du Fpi en particulier y ont laissé leur vie.

Question donc: les cadres du Fpi devront-ils désormais s’interdire la destination de la clinique Farah? Il est vrai que l’on peut mourir même dans son propre lit en chambre. Mais pour ces cas sommes-nous tentés de nous interroger. Pourquoi eux? Et comment cela leur arrive t-il aussi brusquement et facilement ?

Question, question, question ????

Des interrogations de PanoramaPapers pour interpeler les charognards et autres vautours qui n’attendent que la mort d’autrui pour se faire valoir afin de se revoir car :

Marius-Tresor Kouamé; Correspondant Panorama papers, Côte d’ivoire.

“lorsque tu assistes à l’enterrement d’un bossu te sachant toi même bossu, nul ne te dira demain comme ton enterrement se déroulera “. Il faut une autopsie des corps de ces opposants Ivoiriens pour que les responsabilités soient situées.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here