PARTAGER
Nadine Patricia Mengue, Présentatrice à Vision 4

Alors que le président Gabonais a été admis samedi dans un hôpital à Riyad (Arabie Saoudite) en marge d’un forum économique, une rumeur s’est répandue l’annonçant mort. Sans vérifier l’information, la télévision privée camerounais Vision 4 s’est empressée de l’annoncer, ce qui a eu le don d’irriter à la fois la corporation, les autorités.

Dans une lettre au ton très militant, un chargé d’affaires de l’ambassade camerounaise à Libreville adresse ses excuses au directeur général de Gabon24. Jean Thomas Bacamag dénonce d’entrée une «annonce infondée et démentielle». Le diplomate camerounais en poste à Libreville rappelle que: «Vision 4 (…) est déjà sous le coup de plusieurs sanctions du Conseil national de la communication en rapport aux dérives éthiques et déontologiques».

L’ambassade camerounaise au Gabon précise que «l’Etat du Cameroun se désengage de telles inconduites marginales et opposées à l’excellence des relations qui unissent leurs excellences Ali Bongo et Paul Biya, ainsi que les peuples frères Gabonais et Camerounais», et promet des sanctions contre la télévision Vision 4: «D’ores et déjà des sanctions sévères – en cascade – seront infligées aux auteurs de cette scabreuse fausse nouvelle», indique la note.

Vision 4 très souvent été au cœur des scandales qui lui ont valu à ses journalistes des sanctions de la part du Conseil national de la Communication.

Rappelons que de sources officielles, Ali Bongo est hospitalisé depuis mercredi à Riyad (Arabie Saoudite) pour une «légère fatigue». Le président gabonais a été victime d’un important malaise qui a contraint à son hospitalisation dans la capitale de l’Arabie Saoudite. Ali Bongo y était venu pour prendre part à un sommet arabe. Interné mercredi à l’hôpital du Roi Fayçal de Ryad, Ali Bongo n’a plus été revu publiquement depuis, laissant planer les doutes les plus fous sur son état de santé. Les autorités gabonaises ont démenti la mort de l’actuel locataire du palais du Bord de mer.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here