PARTAGER
Benjamin Zebaze, libre penseur.

Sur ce plan, mes amis Solange Elsy et Jean Paul Ntsengue, incarnent assez bien ce type de Camerounais.

Comment peuvent-il défendre ce qui s’est passé à Bonabéri sans avoir la moindre idée du dossier ? Et là on a un enseignant de l’Enam et un médecin Belge: c’est scandaleux; énervant, révoltant.

Lorsqu’on est un sousprefet au nom de Mbarga, qu’on soit du centre, du Sud ou même des Régions anglophones, il faut beaucoup de doigté pour intervenir de la sorte, dans un Cameroun que monsieur Biya a divisé en tribus prêtes à en découdre.

On voit que la perspective que leur frère perde le pouvoir les rend stupides. Dans une ville comme Douala où on bloque une route pour couler un dalle, dire une messe…Ils viennent raconter des bêtises pour défendre un homme et un système moribonds, au propre comme au figuré, en expliquant qu’on ne peut pas faire un meeting dans un lycée.

J’indique ici clairement que dans ce lycée se déroulent des mariages, des foires, des meeting du Rdpc. C est Toujours dans ces lieux que le pouvoir a organisé les cérémonies funéraires du Général Douala Massango.

De toutes les façons, même si Biya gagne en trichant comme d’habitude, c’est quand même la fin des haricots pour ceux qui vivent aux crochets de l’Etat

1 COMMENTAIRE

  1. Un article partisan et orienté sur le plan du soutien ethnique.Benjamin Zebaze manque d’objectivité. Il a été commenté contradictoirement par les mises en cause sur Facebook. Il est dommage de constater que cet article à sens unique, n’évoque pas cette contradiction.
    Jean Paul Ntsengue

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here